Stromae

Francofolies – Jour 6 | Stromae et Karim Ouellet au Centre Bell

Le grand génie de la pop dansante belge, Stromae, était de passage au Centre Bell, mardi soir (et le sera aussi mercredi) dans le cadre des Francofolies de Montréal. Le « maestro » a livré une performance hallucinante, aussi bien interprétée qu’habilement supportée visuellement.

Projections vidéos, animations, jeux de lumières élaborés et surtout, une performance digne des meilleurs comédiens. C’est à peu près ce à quoi peut se résumer le concert auquel une dizaine de milliers de spectateurs ont pu assister mardi soir, en compagnie de Stromae.

Stromae, photo par Frédérique Ménard-Aubin.

Stromae, photo par Frédérique Ménard-Aubin.

Une évolution assez impressionnante, considérant que la dernière fois que le belge a mis les pieds dans une salle en sol montréalais, c’était au Métropolis en février 2012 à l’occasion de Montréal en Lumière.

Débutant avec son tout nouveau single Ta fête, pour lequel un nouveau vidéoclip a été dévoilé durant la journée, le maître est débarqué sur scène dans toute sa théâtralité et sa grandeur (autant au sens propre que figuré).

Propulsé par une énergie insatiable, Stromae bouge constamment, se promenant d’un bout à l’autre de la scène dans des chorégraphies atypiques et dans un style bien à lui, qui mélange le contemporain à des danses de type africain. À cet égard, Humain à l’eau est fascinante à regarder, le chanteur étant accompagné d’une armée virtuelle bien cordée qui répète ses mouvements.

Stromae, photo par Frédérique Ménard-Aubin.

Stromae, photo par Frédérique Ménard-Aubin.

Même s’il est très énergique, Stromae peut se montrer tout aussi posé et plus dramatique. On pense entre autres à son interprétation de Quand c’est?, une chanson au sujet lourd mise en scène de manière épurée de sorte à en extraire l’émotion du chanteur. Même chose pour Formidable, pour laquelle il joue toujours le garçon éméché. On y croit.

Mais le maestro sait parfaitement doser et ne s’éternise pas dans les moments plus profonds. Il s’amuse aussi à faire la leçon à la foule, comme il sait si bien le faire, en introduction de Tous les mêmes, ou fait des blagues douteuses, avant de se lancer dans l’amusante Moules frites.

Son cynisme est délicieux, et surtout toujours juste. Comme sa voix, d’ailleurs, qui ne rate jamais une note, même s’il court sur place (Je cours) ou sautille sans relâche durant son plus gros hit, Alors on danse, qui conclut la prestation (et fait évidemment exploser le parterre).

À son retour au rappel, Stromae a tout fait pour étirer la sauce, alors que ça n’en finissait plus de finir. Le rappel a débuté avec, bien sûr, Papaoutai et son habituelle chorégraphie puis s’est poursuivi avec les (longs!) remerciements et un jam dance avant de hisser un énorme « merci » sur l’écran du fond.

Tous les musiciens ont alors quitté, avant de revenir pour une géniale interprétation a cappella de Tous les mêmes, rassemblés autour d’un seul micro, qui rappelait un peu le Barbershop Quartet de Jimmy Fallon avec les mimiques et l’humour de Stromae. Simple, mais délicieux, et surtout une excellente manière de conclure ce magistral concert.

Ce qu’il y a de génial avec un concert de Stromae, c’est qu’il combine habilement la mise en scène visuelle hallucinante d’un concert de musique électronique ou EDM, à l’interprétation et la présence scénique d’une bête de scène pop. Le meilleur des deux mondes.

Karim Ouellet en première partie

Dès 20h, Karim Ouellet montait sur la scène du Centre Bell pour la première fois de sa carrière pour offrir une très courte performance d’un peu moins de trente minutes.

N’ayant le temps que pour 5 chansons et un jam animé par le rebondissant King Abid, il a débuté par Cyclone enchainant avec Les Brumes, avant de s’adresser adroitement à la foule, faisant connaissance avec les spectateurs, comme il a l’habitude de le faire.

La prestation s’est terminée par son incontournable L’amour suivie de la jolie et dépouillée Marie-Jo. Un premier passage dans l’amphithéâtre brillamment réussi pour le jeune chanteur dont la réputation n’est plus à faire.

Stromae offrira une deuxième représentation, toujours au Centre Bell, ce mercredi 18 juin dès 20h. 

Grille de chansons

– Ta Fête
– Bâtard
– Peace or Violence
– Te Quiero
– Tous les mêmes
– Ave Cesaria
– Sommeil
– Quand c’est?
– Je cours
– Moules frites
– Formidable
– Silence
– Carmen
– Humain à l’eau
– Alors on danse

Rappel
– Papaoutai
– Merci
– Tous les mêmes (a cappella)

Vos commentaires