Patrick Watson

Festival d’été de Québec – Jour 6: Charles Bradley et Patrick Watson

Patrick Watson volait la vedette mardi soir dans un Parc de la Francophonie qui affichait complet, pour un concert extérieur en toute intimité, avec pas moins de 11 musiciens sur la petite scène. Moins de deux heures avant cette prestation attendue au Festival d’été de Québec, Charles Bradley dévoilait tout son sex appeal, du haut de ses 63 ans, avec une énergie qui ferait des envieux chez bien des artistes en début de carrière!

 

20h – Charles Bradley – Place d’Youville

Tout un personnage, ce Charles Bradley! Qu’on soit fan ou non de soul et de funk, on ne peut que révérer l’immense charisme de ce vieux de la vieille, à la voix et aux reins encore bien solides!

Photo par Valérie Patry

Tout en puissance, Bradley débarque sur scène après une longue introduction de ses jeunes musiciens. Au diable les habits de vieux monsieurs; la star est vêtu de noir et de paillette, et arbore des ailes qui brille au dos de sa veste funky.

Sa voix est puissante et juste, rappelant beaucoup celle de Ray Charles. Mais il ne se contente pas que de chanter. Mouvements de bassin, déhanchement, se jetant à genoux devant ses fans, faisant l’amour à la scène, monsieur Bradley n’a rien perdu de son sens du spectacle!

Au soleil couchant, les rythmes endiablés et entraînants de ce vieux du soul ont démarré la soirée en lion pour des dizaines de spectateurs attentifs et épatés!

 

 

21h45 – Patrick Watson – Parc de la Francophonie

Il est aimé, ce cher Patrick Watson! Au diable le vieux Johnny Halliday, c’est au Parc de la Francophonie qu’on a dû refuser une centaine de personnes qui étaient venus entendre le nouveau matériel de l’artiste, acclamé une fois de plus depuis la sortie de l’album  Adventures In Your Own Backyard. 

Photo par Valérie Patry

Accompagné de 11 musiciens, entassés sur la scène, Patrick Watson a relevé le défi de faire d’une soirée à la fois intime et agréable à écouter en plein air, debout et entassés, un événement réussi et divertissant.

De par ses interactions avec le public, toujours aussi sympathiques, des jeux de lumières minutieusement pensés et, surtout, grâce à la mise en scène drôlement efficace, Patrick Watson a instantanément séduit la foule attentive et réceptive.

Que ce soit assis au piano, les doigts illuminés, debout à la guitare, ou entassés à 6 autour d’un seul micro au devant de la scène, le son était toujours d’une qualité irréprochable et les effets désirés parfaitement exécutés.

Patrick Watson, mardi soir, a charmé Québec et volé la vedette à Johnny Halliday sur les Plaines, sans l’ombre d’un doute.

 

 

 

Événements à venir

Vos commentaires