The Strumbellas

Festival de Jazz de Montréal 2017 – Jour 6 | The Strumbellas et Whitehorse au Métropolis

On avait droit à un programme double canadien jeudi soir au Métropolis; les groupes ontariens The Strumbellas et Whitehorse se sont partagés la scène dans le cadre du Festival de Jazz 2017. Retour sur un spectacle sans prétention.

C’est d’abord Whitehorse, originaire d’Hamilton, qui a débuté la soirée. Pour la toute première fois, le duo était accompagné de trois autres musiciens sur scène. Leur son folk/americana laissait plus de place au rock.

Le groupe, qui lance son tout nouvel opus Panther in the Dollhouse aujourd’hui, en a profité pour présenter de nouvelles chansons, mais également celles tirées de leurs albums Leave No Bridge Unburned et The Fate of the World Depends on This Kiss.

D’ailleurs, les pièces Éphémère sans repère et Je Suis Devenu Lionne, traduites en français par Pierre Marchandétaient notamment au menu.

Même si la complicité est évidente entre les deux musiciens en spectacle, c’est plutôt la chanteuse et guitariste Melissa McClelland qui se démarque avec sa voix mélodieuse et son style bien à elle.

Pendant plus d’une heure, le duo a bien réchauffé la foule avec son énergie contagieuse avant l’arrivée de The Strumbellas.

En toute simplicité

Arrivé sur scène comme un cheveu sur la soupe (le technicien au son et lumières n’était pas prêt!), c’est The Strumbellas qui a suivi débutant avec la chanson Wars, tiré de leur plus récent album Hope.

On les connait principalement pour leur succès planétaire et ver d’oreille Spririts, mais le sextuor a déjà trois albums à leur actif. On pourrait les comparer à Mumford and Sons ou à The Lumineers, mais grâce aux synthétiseurs, le groupe a son style différent bien à lui.

Tous terre-à-terre et sympathiques, les six membres s’amusaient sur la scène entre les chansons. Pendant le spectacle, ils se lançaient des défis afin de faire participer le public: « Qui crie le plus fort? » Ou « quel musicien danse le mieux? » C’est littéralement Dave Ritter, le claviériste.

Les musiciens nous ont plongés dans un univers coloré tout le long de leur prestation, mais en toute simplicité, notamment pendant Young and Wild, Sailing et Wild Sun. Le public était conquis.

Ils seront d’ailleurs au Festival d’été de Québec le 14 juillet prochain.

Photo par Benoit Rousseau.

Photo par Benoit Rousseau.

Liste de chansons (The Strumbellas)

  1. Wars
  2. Young and Wild
  3. End of an Era
  4. We Don’t Know
  5. Rhinestone
  6. The Sheriff
  7. The Hired Band
  8. The Night Will Save Us
  9. Shovels and Dirt
  10. Dog
  11. The Long Road
  12. Sailing
  13. Spirits

Rappel

  1. Home Sweet Home
  2. In This Life
  3. Wild Sun

Vos commentaires