Deap Vally
Critique Publié le

Deap Vally au Divan Orange | Glamour bad ass

Les femmes fatales de Deap Vally revenaient en sol montréalais ce dimanche, en tête d’affiche cette fois-ci (après avoir ouvert pour Peaches en 2015). Malgré un début de prestation ma foi assez maladroit, elles auront réussi à quand même déchirer quelques tympans.

On ne sait pas exactement à quoi attribuer ce faux départ, d’ailleurs.

D’un, le son n’était clairement pas assez fort. Ou à tout le moins, pas assez fort pour Deap Vally. Parce que le critère numéro un de leur musique est qu’elle doit être écoutée dans le tapis.

De deux, on ne comptait plus les fois où la drummeuse (drummeuse remplaçante, plutôt, parce que l’originale est présentement enceinte/en congé de maternité) a échappé une baguette.

Mais plus encore, c’était un peu la faute de la première partie, Sunflower Bean, qui ont simplement été trop bons et qui ont élevé les attentes de la foule à de nouveaux niveaux.

En tout cas. Ça a pris trois chansons avant que les choses ne se redressent.

Mais une fois redressées, broche-toi la tuque drette su’a tête mon chum, les filles sont rock n’ roll.

L’énorme guitare suante de distorsion de Lindsey Troy n’a d’égale que sa voix arrachée.

Et sa voix arrachée n’a d’égal que son une-pièce en léopard avec des franges.

Puis si au début, la jeune percussionniste échappait ses baguettes dans tous les sens, à partir de Baby I Call Hell, elle était en pleine possession des ses tambours. Elle les fessait d’ailleurs avec une force déconcertante.

Bref, la foule a fini par se laisser gagner et les cheveux ont commencé à se faire aller. Les shots de whisky ont commencé à se faire transporter sur scène. Et le tout a atteint un sommet quand Troy est descendue jouer dans la foule.

Seule chose plate qui reste, par contre, c’est que pas mal toutes les chansons du répertoire de Deap Vally datent déjà d’il y a quelques années. Toutes sauf le plus récent simple sorti il y a trois mois, Royal Jelly, et une nouveauté jouée hier nommée quelque chose comme Smile More.

Mais tout vient à point à qui sait attendre : le nouvel album des rockeuses sortira cette année.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires