Daniel Caesar
Critique Publié le

Daniel Caesar à la Place Bell | Sauver la mise

La soirée commençait plus ou moins bien pour le musicien ontarien Daniel Caesar. Avec près d’une heure et quart de retard et une première partie qui ne put être assurée en raison de délais aéroportuaires, la foule a rapidement commencé à s’impatienter. Mais pas d’inquiétude, la performance du chanteur a tout arrangé.


 

Il n’en était pas du tout à son premier passage à Montréal, mais c’était la première fois qu’il venait interpréter des chansons de son plus récent projet, Case Study 01. Après le succès de son premier album Freudian, l’ascension vertigineuse de Daniel Caesar n’a cessé de croître. En 2017, il faisait le théâtre Corona, l’an dernier, le MTELUS et maintenant la Place Bell.

Il a commencé par présenter ses morceaux plus récents, avec l’aisance qui lui est propre. Daniel Caesar était accompagné d’un ensemble musical complet et de quatre choristes, ce qui mettait parfaitement en valeur ses morceaux, ceux-ci présentant bien souvent une voix féminine en guise d’accompagnement. Des morceaux comme Love Again ou Hold Me Down en ont bénéficié.

Une mention toute spéciale à Sean Leon (rappeur torontois qui a d’ailleurs écrit des paroles pour le dernier album de Kanye West), qui a fait son apparition pour la chanson Restore The Feeling, à laquelle il a participé.

Lorsque Are You Ok? a commencé, il était aisé de constater à quel point le lieu était étrange pour un morceau si doux, si simple, où l’artiste n’avait en main que sa guitare et ses aptitudes vocales. L’interprétation était magnifique, il n’y avait rien à redire, mais voir les visages stoïques ou les cellulaires des spectateurs, qui restaient assis, altérait toute la magie de l’expérience.

La Place Bell n’est pas la salle la plus chaleureuse pour un concert où les morceaux se veulent extrêmement intimistes. Écouter Daniel Caesar, c’est un peu assumer qu’on a envie de se faire chanter la sérénade, mais être au milieu de gens qui ne se lèvent pas pour danser, et qui sont plus occupés à publier des stories sur Instagram à la place de vraiment regarder le concert, ne donne pas exactement cet effet.

La grande scène permettait toutefois d’avoir des toiles, où d’immenses projections apparaissaient au fil des morceaux, permettant aux artistes ayant participé au projet d’être tout de même présents. Pour la chanson Get You, par exemple, un enregistrement vidéo de la sublime Kali Uchis est venu agrémenter le tout.

Daniel Caesar est l’un de ces artistes qui a une façon à la fois nonchalante et engagée de performer. Il pourrait être en train de faire un concert en direct de son salon tellement il reste discret et humble dans sa façon de se montrer, mais le résultat est beaucoup trop touchant pour être pris avec légèreté.

Le fait de voir un artiste que l’on apprécie grandir et monter les échelons est toujours quelque chose de sublime, même si on doit être dans une marée de gens assis à la Place Bell. Après un peu plus d’une heure de performance, les musiciens ont été acclamés, et un rappel se laissait attendre. Japanese Denim a clos le bal, laissant toutefois le public sur sa faim.

Grille de chansons (Daniel Ceasar)

  1. Cyanide
  2. Love Again
  3. Restore The Feeling
  4. Who Hurt You?
  5. Open Up
  6. Are You Ok?
  7. Complexities
  8. Hold Me Down
  9. Too Deep To Turn Back
  10. Get You
  11. Best Part
  12. Blessed
  13. Superposition

Rappel

  1. Japanese Denim
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires