Korn

D-Tox Rockfest: Entrevue avec le porte-parole Mathieu Marcotte

À quelques jours du D-Tox Rockfest de Montebello, Sors-tu.ca a piqué un brin de jasette avec le porte-parole de l’événement, Mathieu Marcotte. Résumé d’une discussion passionnée avec un « ti-gars de Montebello » qui a vu le petit festival ambitieux devenir un événement incontournable pour les fans de punk et de metal de partout au Québec et même d’ailleurs.

Ex-VJ de MusiquePlus, animateur à Radio X 2 et aficionado des musiques bruyantes, Mathieu Marcotte – qui a lui-même grandi dans la Petite-Nation, à mi-chemin entre Montréal et Ottawa – en a vu d’autres. Des shows punk et metal, et des festivals d’envergure, il en a fréquenté et les anecdotes fusent de toute part.

NOFX au D-Tox Rockfest 2011. Photo par Karine Jacques.

Mais le D-Tox Rockfest le passionne, par fierté pour son petit coin du Québec mais aussi par respect pour l’évolution fulgurante de l’événement dont le succès est parti de nulle part.

« Si tu regardes tous les festivals qui s’organisent, ce sont des gros producteurs: evenko ou Kevin Lyman (Vans Warped Tour), des trucs du genre, explique-t-il. Ce qui m’impressionne le plus du Rockfest, je pense, c’est que la personne qui prend les décisions finales quant à la programmation, quant au booking, c’est un seul gars. Un gars qui commencé son festival à 17 ans, à Montebello, et qui parvient à booker Korn et d’autres groupes de calibre international ».

 

Un jeune homme et son festival

Ce « gars », c’est Alex Martel, qui à l’époque, souhaitait simplement faire côtoyer des groupes locaux (dont le sien) avec des formations québécoises établies comme Grimskunk, Les Vulgaires Machins ou Mononc’ Serge (qui revient année après année au D-Tox Rockfest avec ses différents projets).

De fil en aiguille, le Rockfest a connu une belle croissance, tout en conservant un volet québécois et même local.

La différence, c’est que le petit événement de jadis, qui se tient depuis ses débuts dans le parc de balle d’une municipalité de 1000 habitants, prévoit accueillir cette année pas moins de 75 000 spectateurs, à sa septième édition seulement.

Porte-parole depuis le 4e Rockfest, Mathieu Marcotte se rappelle bien de cette première année où il a accepté ce rôle, celle où le Rockfest prenait de l’ampleur et s’inscrivait comme un événement majeur pour tout le Québec. « Je me rappelle, c’était Gob qui en était la tête d’affiche. C’était peut-être la première vraie grosse édition du Rockfest, où il y a commencé à y avoir plus de stages, plus de bands. »

L’année suivante, c’était au tour de Anti-Flag, Alexisonfire des et des Misfits, qui avaient demandé de loger dans leur roulotte, dans un terrain de camping public! En 2011, c’était NOFX, Hatebreed, Lamb of God (leur seule performance de toute l’année) et Pennywise. De grosses pointures.

Cette année, Alex Martel a réussi à convaincre encore plus de gros noms de se joindre à la programmation: Korn, Bad Religion, Sublime, No Use For A Name, Dream Theater, Goldfinger, The Exploited et Gwar sont du nombre.

« Je ne sais pas ce que ce sera l’an prochain. Soit qu’on a atteint un plateau, que c’est ça les limites du Rockfest, soit que ça continuera à grossir, je ne sais pas trop comment. Connaissant Alex… ça risque de continuer à grossir! »

Une chose est sure, le D-Tox Rockfest pourra compter encore longtemps sur son porte-parole passionné. « Va falloir qu’ils me disent que ça ne fait plus l’affaire, si c’est le cas. Parce que moi, je ne lâcherai pas! »

Questions en vrac:À part l’argent, quels arguments permettent à Alex Martel de convaincre les groupes de venir jouer à Montebello pour le Rockfest?Il y a un certain charme à venir jouer dans un endroit en dehors de la ville, dans un village où ils croiseront les fans au restaurant du coin. Mais en même temps, c’est bien organisé et les bands savent qu’ils seront vraiment payés. C’est ce qu’on appellerait « le parfait niveau de louche »!

Quelle prestation t’as marqué particulièrement lors des éditions précédentes?

L’an dernier, Lamb of God avait épaté tout le monde. Je crois que même ceux qui ne connaissaient pas le groupe avaient réalisé qu’il se passait quelque chose.

Quel groupe québécois pourrait un jour se retrouver sur la scène principale après avoir fait une plus petite scène lors d’une édition précédente du D-Tox Rockfest?

Je ne serais pas étonné qu’un jour, un groupe comme Dance Laury Dance se retrouverait sur le stage principal.

Quel groupe de renommée internationale le D-Tox Rockfest devrait attirer au cours des prochaines années?

De façon réaliste, je crois que Rancid serait envisageable. Sinon, mon rêve serait de voir Rage Against The Machine, mais c’est un peu compliqué parce que le groupe refuse la présence de toute forme de commanditaire pour les événements auxquels ils participent…

* Le D-Tox Rockfest se tiendra les 15 et 16 juin 2012 au parc de balle de la Marina de Montebello. Sors-tu.ca y sera afin de vous en rapporter les faits marquants et de nombreuses photos. Consultez notre section D-Tox Rockfest pour en savoir plus!

Vos commentaires