James Bay
Critique Publié le

Critique | James Bay au Théâtre Corona

Le jeune chanteur britannique James Bay en était, samedi soir, à sa deuxième présence à Montréal en six mois. Présentant les pièces de son unique album Chaos and the Calm paru en mars dernier, il s’est montré humble et surpris face à l’accueil très positif que lui réservait le public montréalais.


Récipiendaire du plus récent choix de la critique aux BRIT Awards, suivant les traces de Sam Smith et Adele, tout deux lauréats récents dans cette catégorie, James Bay s’est montré à la hauteur de cette récompense.

Bay a offert une prestation haute en énergie dans un Théâtre Corona qui affichait complet. Ouvrant le spectacle avec l’enchainement de Collide et Craving, le spectacle s’annonçait dès lors sans temps mort.

Peu bavard sur scène, le chanteur s’est concentré sur son art, présentant la quasi-totalité de son répertoire, dont les douze pièces indie-rock de l’album Chaos And The Calm.

Tout porte à croire que Bay a pris de l’expérience de scène au cours de la dernière année, se permettant même un petit déhanchement sur le solo de piano blues servant d’intro à Move Together.

Photo par David Afriat.

Photo par David Afriat.

Alors qu’il couvrait un rhume, le chanteur n’a pas laissé paraître sa faiblesse, qui laissait en fait ressortir la jolie qualité rauque de sa voix. Seule exception, le début de Let It Go où la voix à sembler soudain faire défaut. Le public s’est chargé de lui rendre la tâche facile en chantant toutes les paroles à sa place.

En rappel, la pièce Incomplete s’est avérée l’un des plus beaux moments du spectacle. Alors qu’elle passe habituellement plutôt inaperçue en fin d’album, la chanson a pris tout son sens en s’emplissant d’émotion sur scène. La pièce finale Hold Back The River a ravi la foule qui a offert au chanteur une longue ovation grandement méritée.

James Bay a présenté samedi soir une performance cinq étoiles, dont le plus grand défaut fut son manque de matériel. Vivement l’avenir!

On pourra d’ailleurs le revoir à l’oeuvre à Osheaga, du 31 juillet au 2 août prochain.

 

Marc Scibilia

En première partie, le chanteur américain Marc Scibilia a présenté les pièces de son futur album dont la production signée Butch Walker s’annonce prometteuse.

Originaire de Nashville au Tennessee, le jeune homme a offert au public des chansons pop-rock à saveur romantique et anecdotique. Scibilia a eu récemment la chance d’enregistrer la musique de la publicité de Chrysler présentée au dernier Super Bowl. Sa reprise de la pièce patriotique différait grandement du reste de ses compositions. Heureusement, car This Land is My Land était plutôt redondante.

 

Grille de chansons

(James Bay)

Collide
Craving
When We Were On Fire
If You Ever Want To Be In Love
Need The Sun To Break
Running
Let It Go
Move Together
Scars
Best Fake Smile
Get Out While You Can

Rappel
Incomplete
Hold Back The River

Vos commentaires

Sors-tu.ca vous recommande...