Jérôme Minière

Critique concert: Jérôme Minière à Montréal

Vendredi 17 décembre 2010 – La Tulipe (Montréal)

Dans un La Tulipe rempli à pleine capacité, Jérôme Minière a invité les convives à venir assister à une projection de diapositives géantes au son des pièces de son plus récent album, Le vrai le faux.

Pour donner vie sur scène à ses chansons, l’artiste était accompagné de Denis Ferland à la guitare, Alex MacMahon aux claviers et du surprenant José Major à la batterie.

Ayant emprunté une sonorité plus rock qu’électronique, comparativement à ses albums, Jérôme Minière et ses comparses ont réussi, avec succès, à ajouter muscle et décibels à plusieurs morceaux.

Avec des guitares plus lourdes et des arrangements à la limite du psychédélisme, certaines pièces ont été propulsées par un nouveau souffle. Et ce, au plus grand bonheur des spectateurs présents sur place.


Aspect visuel

La présence d’images – des dessins signés Marie-Pierre Normand – projetées en format géant en arrière-plan, ainsi que les explications loufoques de l’artiste, nous ont permis de démystifier quelque peu son monde imaginaire et d’apprécier les influences de son univers musical. Malgré sa timidité légendaire, le chanteur naviguait avec aisance sur scène.

Et pour en rajouter, sur l’instrumentale Une chanson toute nue, Jérôme Minière a voulu souligner, à sa manière, les années 80 avec costumes kitsch et une chorégraphie empruntée aux artistes disco de l’époque. Le résultat était rythmé, rigolo et entrainant.

Au final, nous avons eu droit à un amalgame de sons, d’images et d’ambiances festives très agréable. Le tout était supporté par une vingtaine de pièces puisées principalement à même l’album Le vrai le faux, ainsi que sur les disques Coeurs et Chez Herri Kopter.

Les moments fort de la soirée :
Ce que l’on envisage, Dans ton oreille, Une chanson toute nue et Histoires d’espions.

Événements à venir

  • samedi

    avec Jérôme Minière | Je ne suis pas un robot II : un technopéra-ballet tragicomique et expérimental

    Lieu : Gesù

Vos commentaires