Clairo
Critique Publié le

Clairo au Théâtre Corona | Musique réconfortante, artiste distante

Connaissez-vous Clairo? Découverte sur internet en 2017, cette jeune Américaine de 21 ans fait grandement parler d’elle comme étant un exemple de la « bedroom pop » ou encore de la « DIY music ». Signant éventuellement un contrat avec la maison de disque Fader, Clairo prenait son envol dans le monde de la musique. Hier soir, elle était de passage au Théâtre Corona pour y présenter un spectacle dans le cadre de sa tournée Immunity, entourée de Beabadoobee et de Hello Yellow. Jouant l’intégralité de son premier album paru en août dernier, la chanteuse semblait plutôt distante, mais a tout de même su charmer grâce à sa voix.

Faux départ

La première chanson de la soirée, l’excellente Alewife, a donné un très bon coup d’envoi à la soirée. Cependant, les niveaux de sons ne semblaient pas tout à fait justes. La voix de Claire Cottrill, mieux connue sous le nom de Clairo, était enterrée par les instruments. Peu après, de gros bruits sourds sont venus créer une courte pause non-planifiée pour la chanteuse, alors que l’équipe technique essayait de recalibrer le son. Pendant les cinq chansons suivantes, le cas semblait empirer.

À un moment, les fans se sont mis à crier qu’on n’entendait pas du tout Clairo. Pendant Get With U, le son est finalement revenu à la normale, sous les bruyants applaudissements du Corona rempli, ravi d’enfin avoir accès à la jolie voix de la chanteuse.

Trop fort, trop tôt

Le son réglé, il était enfin possible d’apprécier le spectacle. Quelques chansons plus tard, Clairo invite timidement son public à danser alors qu’elle entame North. Enchaînant immédiatement avec Bags et Sofia, la chanteuse semblait sortir une grosse partie de son artillerie lourde pour ce segment se situant au milieu du spectacle. Qu’allait-il rester pour maintenir cette énergie frénétique qui est venue habiter les fans pendant trois chansons ? Malheureusement, pas grand-chose… Du moins jusqu’au rappel.

Le répertoire de Clairo est plutôt homogène. En effet, la grande majorité de ses chansons sont plutôt lentes, simples et remplies d’émotions. Sur scène, la chanteuse ne semble jamais décrocher de son personnage de jeune fille triste. Le dos arrondi, les épaules vers l’intérieur, les yeux fermés ou fixant le sol, il était plutôt difficile pour Clairo d’établir un contact avec son public. Même dans ses rares chansons plus rythmées, le public avait droit à la même recette. Il aurait été agréable de l’entendre parler davantage et de la voir redonner à son public énormément dévoué et fanatique.

Terminer en beauté

La fin du spectacle a détonné du reste, heureusement. Tout juste avant le rappel, Clairo est restée seule sur scène pour y chanter une nouvelle composition. Le silence presque parfait dans la salle est venu permettre aux fans d’entendre la chanteuse différemment. Quittant brièvement la scène, Clairo est revenue pour trois dernières chansons. Les titres 4EVER et Pretty Girl sont venus faire un chouette clin d’œil à ses débuts sur Internet. Chantant chaque mot, la foule semblait en extase.

Pour conclure, Clairo a rapidement remercié ses musiciens et a demandé à la foule de tout donner pour la dernière. La très électro I Don’t Think I Can Do This Again, chanson de Mura Masa sur laquelle Clairo prête sa voix, est venue terminer sur la meilleure des notes, faisant danser et sauter les fans au parterre. La voix douce et réconfortante de la chanteuse a su bercer les fans tout au long du spectacle, même si on aurait pu s’attendre à plus d’elle.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires