The Offspring

Amnesia Rockfest 2013 – Jour 1 | Retour sur The Offspring, Rancid, Millencollin et plus

Avec la panoplie de groupes annoncés pour le Rockfest 2013, les gens s’attendaient à ce que Montebello deviennent une vraie foire. Toutefois, s’attendaient-ils à vivre une expérience aussi chaotique ?

Avant même que les portes ouvrent, la grogne se faisait déjà sentir. Pas de staff en quantité suffisante et les sites de campings, vendus dans certains cas pour plus de 100$, étaient simplement hors de contrôle. Personne ne vérifiait si les gens avaient bel et bien payé pour s’y installer, alors tous ceux qui le désiraient y plaçaient leur tente, et ce, gratuitement. Résultat : un nombre incalculable de personnes ayant payé n’avaient plus accès leur camping qui ressemblait déjà plus à un bidonville et ce, avant même qu’un seul groupe ait foulé la scène.

De plus, l’entrée au site était un simple cauchemar. Aucune indication à savoir où se présenter pour récupérer ses bracelets. Il y avait donc deux lignes de gens complètement perdus, une avec ceux qui possédaient déjà leur bracelet et une autre qui cherchait l’endroit pour les récupérer. Ironiquement, les deux lignes menaient pas mal vers le même endroit. Résultat : tous ceux qui allaient récupérer leur passe rentraient sur le site avant tous ceux qui étaient arrivés des heures d’avance.

Un bijou d’organisation quoi!

 

Millencolin

Photo par GjM Photography

Millencolin .Photo par GjM Photography

Bon, tentons de laisser les pépins de côté pour se concentrer sur la musique. Malheureusement, avec toute ces histoires, il est impossible pour nous de vous résumer les prestations de Mad Caddies et Less Than Jake. C’est donc sous le son de Millencolin que le tout a réellement débuté!

Une foule imposante se massait devant la scène Loto-Québec (seule scène identifiée sur tout le site) pour accueillir les Suédois d’origine. Nikolas Sarcevic, leader de la formation, a d’emblée fait savoir aux fans que leur voyage a été très difficile puisqu’ils n’ont pu avoir accès à leurs instruments à leur arrivée à Montréal. Malgré tout, ils ont livré une bonne prestation en dépit du son parfois très douteux sur la scène principale.

Les moments marquants ont sans aucun doute été l’interprétation de The Ballad, excellente pièce acoustique qui se retrouve sur Pennybridge Pioneers, directement enchaîné avec Mr Clean. Bullion a aussi été très chaudement accueillie par les fans. Malheureusement, avec un maigre 45 minutes à leur disposition, plusieurs pièces ont dû être laissées de côté.

 

Des disparitions douteuses à l’horaire… puis Rancid

Quelques minutes plus tard, surprise de voir que H20 n’était pas présent tel qu’indiqué sur l’horaire. Aucune annonce en ce sens a été faite, que ce soit sur le site en tant que tel ou encore sur les réseaux sociaux, afin d’en avertir les gens. Tout comme The Lawrence Arms et Bad Brains qui, malgré le fait qu’ils avaient annulé leur présence il y a quelques semaines, étaient toujours présents sur le site officiel du Rockfest. Fait étrange, tout ceux qui avaient voulu souligné ce fait sur Facebook ont vu leurs commentaires être retirés par l’administrateur du Rockfest.

Photo par GjM Photography

Rancid. Photo par GjM Photography.

C’est donc avec un soupir de soulagement qu’on a pu assister au spectacle de Rancid quelques heures plus tard. Le groupe californien était tout simplement en feu en cette merveilleuse journée ensoleillée. Tim Armstrong semblait en pleine forme, Matt Freeman nous démontrait toujours pourquoi il est un des meilleurs bassistes sur cette planète, Lars Frederisken dégageait une énergie incroyable et Branden Steineckert était toujours monté sur sa batterie entre les pièces pour motiver la foule.

Le quatuor a offert un bon mélange de tous leurs albums en plaçant bien sur l’accent sur leur opus le plus populaire, And Out Come The Wolves.

Lorsqu’ils ont entonné la très intense Maxwell Murder, la foule est devenue tout simplement en liesse! De grands cercles se sont formés un peu partout sur l’énorme site afin que les spectateurs puissent bouger un brin sur l’incroyable solo de basse de monsieur Freeman. Journey To The End, Old Friend, Time Bomb et Ruby Soho ont entre autre représenté cet album culte.

Radio, Dead Bodies, Fall Back Down et Red Hot Moon ont elles aussi cassé la baraque. Mlahreureusement, le son était vraiment déficient pendant certaines pièces. Par moments, on avait quasiment l’impression que Tim Armstrong était devenu muet puisqu’on n’entendait presque pas sa voix. Très dommage, mais bon, au moins tout le monde connaissaient les paroles par cœur.

 

The Offspring

C’est à Offspring que revenait la tâche de conclure cette première journée riche en émotions. Premier point qui saute aux yeux, le groupe est toujours aussi populaire.

Une foule monstre les attendait devant la scène et dès les premières notes de All I Want, tout le monde s’est retrouvé instantanément en enfance (ou adolescence, c’est selon). Difficile de trouver meilleure pièce pour lancer les festivités. On sentait aussi l’énergie monter d’un cran lorsqu’ils se tournaient vers des classiques un peu plus vieux tels que Americana, Bad Habit, Come Out And Play, Self Esteem ou encore Staring At The Sun.

La prestation en générale a été très efficace sans toutefois être extraordinaire. Les gars ont de l’expérience et leur spectacle est parfaitement rôdé. Toutefois, il manque un peu d’étincelles par moments et surtout de surprises. Avec le nombre de succès que possède The Offspring, on avait tout simplement l’impression d’assister à un best of d’un des groupes les plus marquants de l’histoire du punk. Comment ne pas apprécier?

Bref, ce fut une journée forte en émotions avec des hauts et des bas. Mention honorable aussi à The Menzingers, Capitaine Révolte et Men’O’Steel qui se sont démarqués, en espérant que la deuxième journée sera plus tranquille et que tout le monde puissent se concentrer sur la musique et non pas sur les nombreux problèmes de logistiques…

 

Photos en vrac
par Greg Matthews

Événements à venir

Vos commentaires