Marilyn Manson
Critique Publié le

Amnesia Rockfest 2013 – Jour 2 | Marilyn Manson, Alice Cooper, Anthrax et Lamb Of God

Grosse journée pour cette deuxième moitié du Amnesia Rockfest à la Marina de Montebello. Malgré un retard d’une heure dans la programmation, cette deuxième journée du Rockfest fut un succès, dominée par des légendes telles que Marilyn Manson et Alice Cooper, sans oublier les prestations puissantes de Anthrax et Lamb of God.

Le petit de village de Montebello est méconnaissable : des hordes de punks, métalleux et autres festivaliers envahissent les rues par milliers, et que ce soit à la banque, au dépanneur ou à l’épicerie, il faut faire la queue partout, et de longues files d’attentes se forment devant presque chaque commerce ! Devant l’église, au bord de la route, dans les jardins et parcs : des tentes sont plantées absolument partout où c’est possible, un spectacle étonnant !

Problèmes techniques

Un problème sur la grande scène Loto-Québec retarde de 1h30 la prestation de Mighty Mighty Bosstones, qui joueront finalement sur la scène Musique-Plus, décalant tout l’horaire d’une bonne heure. Plusieurs en profitent pour aller faire un tour  du coté des scènes Tony Sly et Mitch Lucker de l’autre coté du site, où ça trash déjà dans le soleil avec Lion Heart et Shai Hulud qui ouvrent la journée en force.

A l’entrée du site, les groupes émergents s’enchaînent sur la petite scène, perchée en haut de la colline, où s’approchent seulement leurs supporters, alors que le reste du public reste en bas ou poursuit son chemin. À 5000 dollars la place (et plus pour jouer plus tard), on ne peut pas dire vraiment dire que l’investissement soit entièrement rentable. La polémique fait rage quant aux contrats et conditions pour les groupes émergents, et on croise même dans le public des chandails spécialement imprimés pour l’occasion affichant « All bands should be paid at Rockfest ».

 

The Transplants et Anthrax

Photo par GjM Photography

Transplants

Retour sur la grande scène où les Transplants envoient leur punk rock traditionnel, sous un soleil tout aussi frappant. Sur scène comme dans la foule, les crêtes colorées headbanguent et lèvent les poings aux hymnes du groupe culte. L’affluence est définitivement énorme, même en après-midi.

Plus tard, tout le monde est surpris par la prestation d’Arseniq 33 dont tous les membres sont entièrement vêtus d’une combinaison jaune, un spectacle assez drôle.

Photo par GjM Photography

Anthrax

Grand moment avec l’arrivée de l’un des membres du Big 4 thrash metal : Anthrax ! Encore un groupe qui paraît éternel, avec le chanteur original Joey Belladona, la bande de Scott Ian est d’une énergie incroyable. Que ce soit avec des nouveaux morceaux comme Fight Them Til You Can ou des classiques des années 80 comme I Am the Law, Anthrax s’impose en puissance.

Fait amusant, ils feront aussi une reprise de TNT, comme Dropkick Murphys la veille, presque à la même heure et sur la même scène ! AC/DC est décidemment un des groupes les plus aimés sur la planète, respecté autant chez les punks que les métalleux. Anthrax conclue ensuite avec leur traditionnelle reprise en anglais de Antisocial, dont beaucoup ignorent que c’est un succès du groupe français Trust.

 

Lamb of God

Photo par GjM Photography

Lamb of God

On monte encore en puissance et en violence avec certainement la prestation la plus musclée de la journée : Lamb Of God. Déjà venus à Montebello il y a deux ans, les américains sont de retour au grand plaisir de leurs très nombreux fans au Québec.

Un retour d’autant plus attendu alors que le chanteur Randy Blythe était aux prises avec la justice européenne il y a quelques mois, accusé d’homicide involontaire après la mort d’un fan dans un spectacle. Heureusement pour Lamb Of God, l’affaire est réglée et ils peuvent passer la frontière sans problème, au contraire de Discharge et Bad Brains, forcés d’annuler leurs prestations.

C’est l’apocalypse devant la scène, avec des titres comme Redneck, appuyés par un son énorme et des guitaristes remarquables. Lamb Of God est maître dans son genre.

Marilyn Manson

Photo par GjM Photography

Marilyn Manson

L’affluence atteint des records, le public s’étend sur la petite colline jusqu’aux barrières, et jusqu’aux limites du site lorsque Marylin Manson monte sur scène.

Adulé ou détesté, le chanteur déplace néanmoins les foules et sait donner un spectacle. Son rock industriel sonne très bien, rendant encore plus puissants les succès comme The Beautiful People ou This Is the New Shit.

La musique de Manson prend en effet une toute autre dimension en spectacle, et samedi soir en était encore la preuve. Avec en plus de bons jeux de lumière sur la grande scène Loto-Québec, l’anté-christ superstar donne un excellent concert, même s’il semble s’être calmé sur son coté diabolique et malsain.

 

Cryptopsy

On enchaîne côté québécois avec le death metal de Cryptopsy, qui feront quelques morceaux avec Lord Worm, leur premier chanteur. Une rumeur circule que cette apparition serait une exigence de l’organisateur…

Quoi qu’il en soit, les gars ont déjà fait leurs preuves et tournent dans le monde entier. Et samedi soir ça faisait du monde sur scène et c’était brutal à souhait ! Il est d’ailleurs intéressant de noter que jamais aucun groupe québécois n’est programmé sur la grande scène, alors que des groupes d’envergure internationale comme Kataklysm ou Cryptopsy y donneraient d’excellents spectacles…

Alice Cooper

Photo par GjM Photography

Alice Cooper

Place ensuite à un autre immortel, Alice Cooper.

Quand on pense que son premier album est sorti dans les années 70, c’est assez incroyable de pouvoir le voir en 2013, qui-plus-est à Montebello !

Et l’homme est tout simplement incroyable. Grande classe, chapeau et canne, le chanteur donne un spectacle hallucinant, usant d’effets spéciaux, théâtraux, et de décors tout en assurant à la voix.

Il faut aussi souligner l’excellence des musiciens qui l’accompagnent, avec surtout la remarquable Orianthi, guitariste de feu Michael Jackson, et guitariste de feu tout court, en plus d’être charmante et agréable à regarder.

School’s Out, Poison, I’m Eighteen, les classiques s’enchaînent et ça chante partout dans le nombreux public, comblé par un papi du rock increvable et inimitable.

Chapeau bas Monsieur Cooper.

Photos en vrac
(par Greg Matthews)

 

Événements à venir

Vos commentaires