Martin Perizzolo
Critique Publié le

Zoofest 2014 | Martin Perrizolo à l’Agora Hydro-Québec de l’UQÀM

Pornographie, problèmes érectiles,  cunnilingus, «masturbothon»… À la demande générale, l’humoriste Martin Perrizolo était de retour pour une deuxième année consécutive avec son spectacle Q, cette fois dans une Agora Hydro-Québec petite mais bondée.

Pour l’occasion, Perrizolo avait pris soin d’inclure 30 minutes de nouveau contenu à la mouture originale. Les rires francs, parfois jaunes, ont fusé de toutes parts, et l’humoriste a su traiter de sexualité avec tact, équilibrant brillamment les blagues grivoises et les anecdotes un peu plus personnelles.

Il a notamment fait part des problèmes d’érection qu’il a rencontrés lorsqu’il avait 24 ans – problèmes qui ont été réglés par un «masturbothon», sorte de marathon de masturbation. «Se masturber quand t’es mou, c’est comme serrer la main d’une personne âgée pendant une heure : t’as beau être enchanté, à un moment donné, y’a un certain malaise», a-t-il envoyé à une foule particulièrement éveillée.

Il a également abordé la thématique bien générale des relations hommes-femmes, avec un ton assez irrévérencieux. «On dirait que le mot ‘’salope’’ a pas d’équivalent masculin. Salaud, ça marche pas, c’est trop soft. Un salaud, c’est un gars qui te dépasse en char», a-t-il dit, avant de  proposer tout simplement le terme ‘’gars’’ comme équivalence.

S’interrogeant sur l’idée plus ou moins pertinente d’un groupe de filles qui offre un vibrateur en cadeau à l’une de leurs amies célibataires, Perrizolo a remis les choses en perspective : «C’est drôle, mais tu verras jamais des gars qui vont s’cotiser pour acheter un cul en plastique à un de leurs chums !»

Évidemment, les blagues salées étaient au rendez-vous, même dans certains moments plus anecdotiques  – comme quand il nous entretenait de sa relation amoureuse avec une danseuse nue. «Elle avait pas les clichés d’une danseuse. Elle avait pas le teint basané… Elle toussait pas de condom…»

Bref, un spectacle concis d’une heure, bien dosé, sans temps mort, digne d’un humoriste en pleine possession de ses moyens.

* À l’affiche pour deux autres soirs, samedi et dimanche.

Cote Zoofest : 3,5 / 5

Événements à venir

Vos commentaires