Agokwe
Critique Publié le

Scènes Contemporaines La Chapelle – Saison 2015/2016 | Mixité et audace

« Cru » est un terme qui revient souvent aux lèvres des animateurs du lancement du 24 août pour décrire les spectacles de la saison 2015/2016 des scènes contemporaines La Chapelle. Fidèle à son habitude, La Chapelle nous offre une programmation mixte, souvent sombre et lyrique, alliant danse, théâtre et diverses autres disciplines artistiques et technologiques, en anglais et en français.

Cette année, Jack Udashkin quitte la barre de ce théâtre qu’il a passionnément contribué à relancer, cédant sa place à Olivier Bertrand, qui arrivera imminemment de Paris. La programmation actuelle est l’œuvre de l’ancien directeur général et artistique de La Chapelle.

Les principaux thèmes abordés par les spectacles de la saison à venir sont la relation au corps, l’aliénation, la consommation, l’intégrité, la folie douce, bref, des préoccupations tout à fait dans l’ère du temps.

Des voix autochtones se feront entendre à La Chapelle, avec Louis Riel: A Comic Strip de Zach Fraser, Agokwe du Torontois d’origine algonquienne Waawaate Fobister, Unrelated de Daina Ashbee, de descendance hollandaise, crie et métisse, ainsi que les activités hors piste Kanienkehaka (notre Terre): focus sur la création contemporaine des Premières Nations. Elles commencent enfin à avoir leur place dans la culture artistique générale au Québec. Chapeau à cette initiative nécessaire.

Septembre s’annonce intense à La Chapelle, avec le Festival grand CRU qui ouvre le bal. Y seront présentées différentes approches d’exploration du corps, et de ses perceptions personnelle et sociale. Cirque, récits, vogueing (performances inspirées de la revue Vogue) et contorsion seront au rendez-vous. La programmation régulière sera lancée fin octobre, avec Diversion, une production du Théâtre AcharnéE.

 

Coups de coeur

4.48 Psychose de Sarah Kane, présentée du 25 au 30 janvier et du 2 au 6 février, est une oeuvre poétique et  introspective examinant la question de l’identité, mettant en scène l’éclatante Sophie Cadieux.

Louis Riel : a Comic Strip, à l’affiche du 25 au 27 février et du 1er au 5 mars, s’inscrit dans une vague de créations mélangeant la bande-dessinée à d’autres médiums. Cet art est de plus en plus reconnu et apprécié du public, alors que plus en plus d’œuvres socio-politiques complexes voient le jour sous la forme de BD ou de dessins animés.

Cake, d’Audrey Rochette, s’annonce déjanté: ce chaos orchestré critiquant l’art et la politique à travers des chorégraphies théâtrales laisse deviner sa joie et son intelligence, qui sauront assurément ravir et surprendre son public, du 8 au 12 mars.

Histoire atypique, présentée du 12 au 15 avril, Agokwe raconte l’amour de deux adolescents autochtones, l’un danseur traditionnel, l’autre joueur de hockey.

La saison 2015/2016 de La Chapelle présentera des oeuvres interdisciplinaires dissidentes, qui sauront éveiller et troubler la conscience de ses spectateurs. Des activités en marge, dont certaines ne sont adressées qu’à la communauté artistique, auront également lieu tout au long de l’année.

Une saison, égale à la réputation de son théâtre, à ne pas manquer.

Vos commentaires