Salut 2019!
Critique Publié le

Salut 2019! en tournée | Une revue qui vaut le détour

Ils sont peu connus pour la plupart, ils n’ont pas de grands moyens mais beaucoup de bonne volonté à saveur épicée et pleine d’irrévérence. Ils portent un nom de compagnie à coucher dehors – Les deux colons d’Amérique – mais leur spectacle Salut 2019! est bien parti.

Après le Théâtre du Vieux-Terrebonne (où ils retourneront début janvier) et après la Salle Alphonse-Desjardins à Saint-Georges de Beauce fin novembre, nous avons pu les voir à l’œuvre au studio-théâtre du Monument-National où ils reviendront du 18 au 30 décembre, hormis une escale à Trois-Rivières le 21. La tournée termine par une petite dernière le 11 janvier au centre culturel Desjardins de Joliette.

*Photo : courtoisie.

Rythme effréné

Le metteur en scène Hugo Turgeon est également comédien, formé au Conservatoire de Québec. Il est aussi auteur d’une vingtaine de textes pour le théâtre, qui n’ont cependant eu que peu de résonance sur nos scènes. Il a travaillé surtout au Théâtre des Tournesols et pour la compagnie du Théâtre Parminou. Pour réussir à tout attacher les numéros qui se succèdent à une vitesse que rien n’arrête dans le deuxième Salut! qu’il dirige, Hugo Turgeon ne ménage pas les tours de passe-passe. De toute évidence, il se paye la traite, et par le fait même, la nôtre.

*Photo : courtoisie.

Avec son équipe à six voix, dont la collaboration de deux des comédiens de la revue, Philippe Lemieux, qui joue aussi dans la troupe, signe des textes d’inégale valeur, tombant parfois dans la vulgarité – comme à propos de la biographie de Michèle Richard – et même dans la facilité : un « Quelle est la différence entre Justin Trudeau et un chômeur? » se faisant répondre : « Un chômeur a déjà travaillé ».

Les invités de l’année

Les thèmes choisis recoupent forcément ceux de 2019 Revue et corrigée, présenté en ce moment au Rideau Vert, mais ils sont souvent portés plus loin dans la parodie et le sarcasme. Ainsi se retrouvent François Legault parlant comme avec un ralentisseur dans l’élocution, Pénélope McQuade confrontée au Guide alimentaire canadien, Sylvie Fréchette en politicienne manquée malgré son pince-nez, Céline Dion en pyjama pour annoncer l’annulation de ses prochains spectacles, et parlant à René Angelil au ciel en arguant que maintenant, c’est elle la boss.

Il y a aussi le retour de Passe-Partout pour enfants attardés en cavale, Caroline Néron avec sa neuvième carte de crédit, le vol de données chez Desjardins, Safia Nolin nue avec sa pieuvre autour de la taille (tout pour faire parler d’elle), Catherine Dorion et son coton ouaté au Parlement, la petite Greta aux longues tresses lançant ici encore son fameux « How dare you? »

De plus en plus effronté

Mais ce Salut 2019! ose des sujets bien à lui aussi, comme Kevin Parent et son Téléthon de la maladie mentale, Donald Trump en tata aux cheveux jaunâtres qui se trouve great, en plus grand président de l’histoire des États-Unis.

On retrouve aussi des sujets épineux, comme l’affaire judiciaire entre Mike Ward et le petit Jérémie Gabriel, Hi Ha Tremblay chantant, à propos des inondations à Sainte-Marthe-sur-le-lac, « C’est pu’ le temps d’une digue », l’affaire croche autour de SNC Lavalin, Maxime Bernier en éternel perdant repentant, ou encore le retrait considéré comme impossible du crucifix de Duplessis trônant dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale. On a même droit à une croix sur scène, avec son crucifié auréolé de petites lumières de Noël.

*Photo : courtoisie.

L’étoile du match

Des six comédiens changeant de costumes et de perruques à une vitesse éclair, il faut souligner les multiples talents de Dominic St-Laurent qui caricature aussi bien une Ginette Reno au buste imposant, qu’un Justin Trudeau en robe de chambre de ratine rouge et pieds nus qui se console de sa minorité avec les minoucheries de Sophie Grégoire, incarnée par l’excellente Pier-Anne Cloutier portant une serviette de bain blanche nouée sur sa tête.

Dominic St-Laurent s’est fait remarquer avec du théâtre musical comme Grease ou Blue Suede Show, avant ses capsules « Deux minutes pour être drôle » sur Canal D. Il chante, danse, joue, chorégraphie et écrit avec un égal bonheur artistique qui se sent tout de suite.

L’avalanche des costumes conçus par Rachel Cuerrier est digne d’une production à Broadway, de même que les musiques efficaces de Marc-André Perron qui compose sur tous les registres à un train d’enfer. Ce sont six mois de travail acharné de toute l’équipe, à la merci de l’actualité changeante, qui nous procurent le divertissement grinçant et jubilatoire de ce Salut 2019!

Vos commentaires