Milk & Bone

Milk & Bone, Geoffroy et CRi au Théâtre Corona: du talent au pied carré

Toute une lignée d’artistes prometteurs se produisait au Théâtre Corona mercredi soir, alors que CRi et Geoffroy assuraient la première partie du duo Milk & Bone, dont la réputation n’est désormais plus à faire.

Et le spectacle affichait complet depuis déjà plus d’une semaine. Quand on parle de promesses…

Promesse tenue d’ailleurs. En première partie, CRi a entamé la soirée avec son électro synthétique, face à face à ses claviers et à son accompagnatrice, Ouri. Enthousiaste, CRi, Christopher Dubé de son vrai nom, semblait fébrile lors de ses interventions, visiblement excité de jouer devant une salle aussi remplie. Dommage que le parterre se faisait bavard.

CRi, photo par Nadia Davoli

Quant à Geoffroy, il a annoncé d’emblée qu’il s’agissait de son tout premier concert. Comme il l’affirmait, 1000 personnes pour un premier show, c’est pas mal. Le nouveau venu a un bon potentiel et son matériel est accrocheur, mais son manque d’expérience scénique transparaissait. On le sentait parfois hésitant et les blancs entre les chansons s’étiraient parfois, mais son futur est assez prometteur.

Geoffroy, photo par Nadia Davoli

 

Milk & Bone

Il s’agissait d’une rentrée montréalaise pour le duo qui connait une ascension fulgurante depuis les derniers mois. Et Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne étaient heureuses et émues de se produire à guichet fermés. « Faire un show sold out au Québec en 2015, ça fait vraiment chaud au coeur » de dire Lafond-Beaulne. Effectivement. Et c’est tout à fait mérité.

Encore une fois les deux voix crystallines des musiciennes nous ont transportés dans leur univers éthéré, romantique mais réaliste, à faire lever les poils sur les bras. En plus d’interpréter leur premier album, Little Mourning, en totalité, on a eu droit à leur jolie collaboration avec Rivver, deux nouvelles chansons en plus d’une reprise de Death with Dignity de Sufjan Stevens qu’elles ont su bien se réapproprier.

Milk & Bone, photo par Nadia Davoli

Ceux présents au lancement de l’album en mars dernier, au Centre Phi auront eu un bon aperçu du spectacle, version longue. Les projections étaient sensiblement les mêmes, bien que les éclairages étaient plus élaborés. Débutant de la même manière avec Elephant, suivi de Easy to Read, elles ont pourtant choisi de poursuivre tout de suite avec la populaire Coconut Water au grand plaisir de la foule.

Les nouvelles compositions se mêlaient d’ailleurs bien au reste de leur matériel, laissant présager une suite prometteuse. Disons qu’on a déjà hâte au prochain album.

On souligne souvent la force de l’union et des harmonies de voix des deux artistes et il s’agit bien sûr de leur qualité première. Mais elles sont aussi de véritables magiciennes aux synthétiseurs, sur la boite à rythmes et le drum pad. Elles réussissent à créer une bulle d’ambiance enveloppante et complètement étanche, nous amenant dans une sorte de rêve, un espace temps duquel il est impossible de s’échapper, dont on ne peut s’extirper que lorsqu’il prend fin. Elles maitrisent à la perfection l’émotion auditive et peuvent passer d’un son complètement dépouillé, comme sur X, à un son lourd et plein, comme sur Pressure ou Watch, et ce, sans préavis.

Un spectacle de Milk & Bone, c’est s’envoler à bord d’un bolide aérien et faire face à ses hauts et ses bas émotifs. Le duo s’est mérité une chaleureuse ovation en fin de soirée, et c’était tout à fait mérité.

Grille de chansons

  1. Elephant
  2. Easy to Read
  3. Coconut Water
  4. Tomodacha
  5. X
  6. nouvelle chanson
  7. Death With Dignity (reprise de Sufjan Stevens)
  8. Am I Ok? (chanson de Rivver feat. Milk & Bone)
  9. (nouvelle chanson)
  10. Pressure
  11. Watch

Rappel

New York

Vos commentaires