Louise Attaque

Francofolies 2016 | Louise Attaque : Les grandes retrouvailles au Métropolis

De dire que le retour de Louise Attaque à Montréal était attendu serait un euphémisme. Dix ans après leur dernière présence au Québec, et près de vingt ans après la parution de l’album le plus vendu de l’histoire du rock français, le groupe renouait avec le public montréalais avec une charge rock bien sentie et une bonne humeur réciproque.


Le chanteur Gaëtan Roussel, lui, était venu à Montréal et Laval en avril 2011, quelques mois après une présence remarquée (et fort musclée) aux FrancoFolies 2010. C’était pour son projet solo, qui a donné lieu à deux très bons albums, soit Ginger en 2010, et Orpailleur en 2013.

Et bien que le public québécois entretienne une relation d’adoration avec l’auteur-compositeur au crâne dégarni, là cette fois, c’était vraiment Louise Attaque : c’était le violon d’Arnaud Samuel, la basse de Robin Feix et surtout, c’était Léa, Ton Invitation, Tu dis rien, Les nuits parisiennes, Savoir, Qu’est-ce qui nous tente, La plume, et bien entendu, J’t’emmène au vent, toutes des chansons qui ont marqué les esprits au tournant du nouveau millénaire avec ce petit son « Cowboys-Fringants-avant-son-temps » (le violon d’Arnaud Samuel y est pour beaucoup) et ces textes ingénieux, poétiques, finement ciselés.

Le batteur Alexandre Margraff a décidé de ne pas prendre part à la renaissance du groupe cette fois-ci, mais Roussel, Feix et Samuel étaient bien épaulés par deux musiciens de tournée, le batteur Nicolas Musset et le claviériste Johan Dalgaard. L’instrumentation était costaude, convaincante, la sono soutenait bien tout cela. D’une grande sobriété mais très bien exécuté.

L’énergie rock est bien présente, le groupe n’a pas vraiment « vieilli », ou ne s’est pas assagi, si vous préférez. Quand ça swing (J’t’emmène au vent, par exemple), ça fonctionne. Et quand ça décolle (Qu’est-ce qui nous tente), ça rocke en force.

Louise Attaque a bien entendu défendu quelques-unes des chansons de son tout nouveau disque, Anomalie, dont la chanson titre, et le single Du grand banditisme, qui gagne en souffle en version live.  Une reprise de La Maison Tellier, très belle chanson nommée Sur un volcan, venait aussi ajouter une autre couleur à la riche palette.

Foule en transe, interprétation bien serrée et multitude de succès célébrés par une foule enthousiaste, on ne pouvait demander mieux comme retrouvailles.

louise-attaque-francofolies-montreal-2016-06

La Bronze, Scarecrow et Vianney

On parle de foule enthousiaste, mais s’entend « enthousiaste de voir Louise Attaque ». Parce que lorsque La Bronze a assuré la première partie sur la scène du Métropolis, tout le monde était déjà arrivé – ça circulait péniblement à l’intérieur de la salle déjà surchauffée – et personne ne portait trop attention.

la-bronze-francofolies-montreal-2016-01Difficile à comprendre, puisqu’en formule trio, La Bronze était énergique, toute en voix, et très solide. Elle imposait le respect, comme une pro qui ne faisait pas de cas du haut niveau de jacassement dans la salle.

Il y aura de meilleurs contextes pour la voir à l’oeuvre, rien d’inquiétant. Mais à vue de nez, La Bronze semble avoir pris du gallon et nous paraissait mure pour une grande percée, qui viendra sans doute sous peu…

En début de soirée, sur les scènes extérieures, nous avons aussi fait la rencontre de Vianney, genre de chansonnier propret, limite Star Ac, mais fort sympathique, surtout dans ses interventions. Il est charmant, chante bien, il a une belle gueule et gagnera vite son public de ce côté-ci de l’Atlantique. Il jouait sur la Scène Loto-Québec hier, et les curieux pourront se reprendre ce soir, à 19h, sur la plus petite scène SiriusXM.

Autre découverte européenne digne de mention : Scarecrow.  Heureux (et savant) mélange de hip-hop, de blues et de gros rock à riff – on a même imaginé par moments des relents de Rage Against the Machine ! – Scarecrow est tombé sur une formule assez originale et la déploie avec tact, bon goût et surtout, une énergie contagieuse. C’est solide, relativement varié, et plutôt convaincant, du moins les 20 minutes que nous en avons vu.

Encore une fois, à voir ce soir à 19h, cette fois à la Zone Molson Canadian.


Grille de chansons
(Louise Attaque)

  1. Ton invitation
  2. Avec le temps
  3. Anomalie
  4. Si l’on marchait jusqu’à demain
  5. Il n’y avait que toi
  6. L’insouciance
  7. Léa
  8. La plume
  9. Du grand banditisme
  10. La chute
  11. Sur un volcan (reprise de La Maison Tellier)
  12. Tu dis rien
  13. Qu’est-ce qui nous tente
  14. Savoir
  15. Amour
  16. Les nuits parisiennes
  17. Je t’emmène au vent

    Rappel

  18. Si c’était hier
  19. Arrache-moi
  20. Chaque jour reste le nôtre

 

Événements à venir

Vos commentaires