Kimbra
Critique Publié le

Festival de Jazz de Montréal 2018 | Retour de Kimbra au Club Soda

Kimbra était au Club Soda vendredi soir pour présenter son nouveau matériel à son public montréalais qu’elle n’avait pas visité depuis 2012. On n’a pas su pourquoi cela avait pris autant d’années avant de la revoir sur une de nos scènes, mais la foule était plus qu’enchantée de pouvoir assister à son retour.


Son nouvel album Primal Heart, sorti en avril 2018 est un peu passé sous le radar, mais cela n’a pas empêché le Club Soda d’accueillir une bonne foule. L’énergie de Kimbra était belle à voir sur scène. Pétillante, toujours un petit rire terminant ses chansons et dansant avec entrain, elle semblait avoir un plaisir fou à performer les pièces de son dernier album.

Les pièces Everybody Knows, Lightyears et la dernière, Top of the World ont créé des moments propices pour danser et se défouler sous la basse lourde et les envolées de synthés qui donnaient presqu’une twist club à ces nouveaux morceaux.

Tout vêtu d’or, on aurait pu penser qu’elle allait faire plusieurs chansons de son deuxième album The Golden Echo (pour être un peu concept, pourquoi pas!), mais ce fut un spectacle davantage axé sur les pièces de Primal Heart. Même les pièces de son premier album, Vows, ont eu une plus grande place dans sa liste de chansons, avec seulement Love in High Places provenant de son deuxième opus. Cet album serait-il le mal-aimé de ses fans?

Malgré la quasi-absence des pièces de The Golden Hour, le public se déhanchait sous les sonorités pop et électro, mais peu semblait connaître les chansons pour chanter à l’unisson avec la chanteuse d’origine néo-zélandaise. L’ambiance était tout de même très chaleureuse et les gens restaient réceptifs à ce que l’artiste avait à leur donner, tapant des mains et criant lorsqu’une chanson leur plaisait particulièrement.

Une chose qui est surprenante lorsqu’on va voir Kimbra en spectacle à Montréal, est qu’elle parle en français à son public. Et pas juste un « Merci » ou un « Ça va Montréal? », mais bien des phrases complètes pour introduire ses chansons et présenter ses deux musiciens. On ne voit pas ça tous les jours de la part d’un artiste international!

Première partie : la Montréalaise Ouri

On aurait pu penser que Ouri se présenterait avec son matériel original après la sortie de son album Superficial l’année dernière, mais elle a plutôt entrepris un DJ set pour faire monter l’ambiance du Club Soda. Les pièces choisies étaient un mélange d’électro et de musique du monde et elles ont eu un effet appréciable sur la foule.

Ouri est sortie de son mutisme avant de faire jouer sa dernière chanson en la dédiant à Rouè-Doudou Boicel, le fondateur du premier festival de jazz et de blues de la métropole, ce qui a touché plusieurs personnes de l’assistance.

Grille de chansons

  1. Version of Me
  2. Hi Def Distance Romance
  3. The Good War
  4. Black Sky
  5. Human
  6. Settle Down
  7. Everybody Knows
  8. Like They Do On The TV
  9. Love in High Places
  10. Two Way Street
  11. Lightyears
  12. Sweet Relief
  13. Top of the World
Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires