The Black Keys

Critique | The Black Keys au Centre Bell

Le duo blues rock The Black Keys était de retour au Centre Bell de Montréal jeudi soir pour présenter son plus récent album, Turn Blue. Précédé du groupe survolté Cage the Elephant en première partie, le public de l’amphithéâtre aura pu vivre un vrai « #ThrowbackThursday » alors que les deux groupes avaient offert un concert conjoint, au même endroit, en juillet 2011. 

Même si on a eu l’occasion de les voir très souvent en ville au cours des dernières années, il faisait bon de retrouver Dan Auerbach derrière sa guitare et Patrick Carney derrière ses tambours pour une soirée bien blues rock. Mais même si le groupe peut livrer des performances solides sur scène, jeudi soir on sentait qu’il manquait un petit je-ne-sais-quoi pour donner de la gueule à la performance.

Pourtant, ça se voit que les Keys jouent désormais dans les ligues majeures. Tous les éléments y sont: l’imposant décor chic de rideaux à l’allure luxueuse qui dévoile plus tard une panoplie de projecteurs lumineux et de lampes de toutes sortes, une multitude d’écrans, une musique bien décapante.

Mais l’était-elle vraiment? Il manquait du mordant à plusieurs des chansons et des riffs bien connus du duo. La vigueur n’était pas au rendez-vous. Sans compter que la qualité sonore offerte par l’aréna ne s’améliore pas d’une fois à l’autre. Au détriment bien souvent des mélodies de la guitare d’Auerbach qui semblait parfois effacée.

La routine peut-être?

Celui-ci semblait d’ailleurs un peu plus bavard qu’à l’habitude avec la foule, interagissant avec elle, lui demandant à plusieurs reprises de participer et de chanter avec eux. Pas très Black Keys comme esprit, non? Sans compter que beaucoup de temps morts ont ponctué la soirée.

Ça semblait en fait un peu routinier, ça manquait de passion, de fougue, de dévouement. Alors qu’auparavant on avait l’impression d’assister à un trip de musique entre deux bons copains, la musique pour la musique, on a désormais plutôt le sentiment que c’est la musique pour l’éclat, pour le wow, pour le show. Ce qui a cependant semblé combler la foule.

Photo par Catherine Rosa

Photo par Catherine Rosa

Après la décharge administrée par l’électrique Gold on the Ceiling en milieu de soirée, les Keys ont choisi de terminer sur un bloc de cinq gros succès survoltés qui a enfin fait sauter le parterre et danser la foule. Débutant par She’s Long Gone, poursuivant ensuite avec les très populaires Fever et Tighten Up avant de conclure avec la lourde Your Touch et la très dansante Lonely Boy.

Un trop long 5 minutes s’est ensuite écoulé pour faire place au rappel, durant lequel le groupe a joué pour la toute première fois en concert la première pièce de l’album Turn Blue, Weight of Love, suivi de la pièce-titre de l’album, puis de l’excellente Little Black Submarines interprétée d’abord de manière plus douce qu’habituellement. Un bon choix pour terminer une soirée qui sans être mauvaise pour le genre en général – au contraire – était décevante pour ce groupe en particulier.

Cage the Elephant en première partie

Photo par Catherine Rosa

Photo par Catherine Rosa

En première partie, Cage the Elephant a livré la marchandise, comme on s’y attendait. Même si on a déjà vu le groupe en spectacle, c’est toujours fascinant de voir Matt Schultz courir d’un bout un à l’autre de la scène comme un déchainé, affublé d’une genre de longue robe de chambre en velours.

Vers la fin de la prestation, Schultz s’est retrouvé torse nu durant It’s Just Forever, avant de se lancer dans la foule pour un petit surf. On croirait voir un mélange d’Iggy Pop et de Mick Jagger tellement son énergie est insatiable, Schultz se commet à 100% dans sa performance et donne vraiment tout ce qu’il a.

Maintenant on attend seulement de les voir en tête d’affiche dans une plus petite salle pour vraiment prendre le pouls de leur intensité.

Grille de chansons

Black Keys

Dead and Gone
Next Girl
Run Right Back
Same Old Thing
Gold On the Ceiling
Strange Times
Nova Baby
Leavin’ Trunk
Too Afraid to Love You
Howlin’ for You
A Girl Like You
Money Maker
Gotta Get Away
She’s Long Gone
Fever
Tighten Up
Your Touch
Lonely Boy

Rappel
Weight of Love
Turn Blue
Little Black Submarines

Cage the Elephant

Spiderhead
In One Ear
Aberdeen
Take It or Leave It
Cigarettes Daydreams
Ain’t No Rest for the Wicked
Back Against the Wall
It’s Just Forever
Teeth
Shake Me Down
Come a Little Closer

Vos commentaires