Moderat

Critique| Moderat au Métropolis

Dimanche soir, le super-groupe allemand Moderat a convié ses fans montréalais au Métropolis pour un spectacle donné dans le cadre d’une tournée internationale comptant une multitude de spectacles à guichet fermé. Cela dit, bien que seulement quelques heures avant le spectacle plusieurs billets n’avaient pas trouvé preneur, le Métropolis était plein à craquer lorsque les trois sympathiques musiciens ont foulé les planches. Ainsi, Moderat a offert une prestation de haute voltige électronique.

En première partie, la foule a eu droit à une prestation du trio québécois Boundary. Il s’agit notamment du nouveau groupe de Ghislain Poirier. Composé de deux musiciens afférés aux consoles et un batteur, le groupe a offert un spectacle plutôt linéaire où l’énergie passait plus ou moins entre le groupe et le public. Malheureusement, les chansons semblaient manquer de nuances et la performance des musiciens était un peu trop statique pour donner de l’énergie à la foule. Cela dit, sur disque, la musique de Boundary est convaincante.    

Solar Year en première partie

Au moment du début de la deuxième partie, la foule rassemblée au Métropolis avait gagné en importance. Ainsi, le duo énigmatique Solar Year a commencé sa prestation en deux temps. Tout d’abord, les deux musiciens ont proposé une musique électronique avec voix et celle-ci faisait en sorte que la musique de Solar Year sonnait comme une version inachevée d’Animal Collective.

Par la suite, le duo a délaissé la voix afin d’offrir un spectacle entièrement synthétique. Soudainement, la qualité a levé d’un cran. Solar Year a proposé une musique électro plus rythmée et étoffée qu’en début de spectacle et a réussi à réchauffer la foule en vue de l’arrivée de Moderat.

Moderat

À la suite d’un relativement court entracte, les trois membres de Moderat ont foulé les planches de la scène du Métropolis sous les applaudissements nourris de la foule entassée dans le Métropolis.

Pendant environ une heure trente minutes, Moderat, le super-groupe formé de Gernot Bronsert et Sebastian Szary de Modeselektor et Sascha Ring d’Apparat, a offert une prestation enlevante durant laquelle la musique techno sophistiquée et les projections glauques et soignées ont donné lieu à un spectacle d’exception.

Dès les premiers moments du spectacle, la foule a semblé comprendre qu’elle aurait droit à un spectacle de grande qualité. Les trois musiciens étaient en pleine forme, le son était très bon et la production scénique (éclairage et projections) était impressionnante. D’ailleurs, celle-ci a ajouté beaucoup à la prestation du groupe. L’installation sur laquelle les projections se faisaient était en forme de x et cela conférait une profondeur, voire une dimension intéressante, aux images projetées. Aussi, les multiples jeux de lumières ont réussi à émerveiller la foule tout au long de la soirée. Visuellement, le spectacle était fort réussi.

Cela dit, la musique – la chose la plus importante – a transporté la foule conquise du début à la fin de la prestation. Proposant une setlist rassemblant des chansons comme Milk, Damage Done, This Time et A New Error, Moderat a su toujours garder l’attention de la foule.

Parmi les moments forts, il y a eu la prestation de Bad Kingdom accompagnée de la projection de son superbe clip à l’esthétique bédéesque. La chanson terminée, la foule a réagi avec un enthousiasme palpable. La prestation de l’excellente composition titrée No. 22 a aussi fait partie des moments forts. Résister à l’envie de hocher énergiquement de la tête était futile. Quel beau moment!

La prestation de Moderat de dimanche soir a justifié le fait que la grande majorité de leurs spectacles sont joués à guichet fermé. Quelle soirée!

Événements à venir

Vos commentaires