Andre-Philippe Gagnon

Critique humour: André-Philippe Gagnon à Montréal

L’imitateur André-Philippe Gagnon a présenté, hier soir au Théâtre Maisonneuve, la première médiatique de son nouveau spectacle André Philippe Gagnon est un réseau social avec son collaborateur et ami en Stéphane Laporte. Une centaine de voix de personnages connus, une mise en scène efficace et des éclats de rire à la minute : la soirée était à la hauteur de son talent.

En entrée de scène, on a eu droit à Bono (U2) avec un semblant de chantier de construction, comme on est habitué d’en voir sur les routes au Québec. Thème trop exploité en humour. Cependant, Vincent Vallières et Paul McCartney viendront faire leur version «en chantier » de leurs tubes respectifs.

On retiendra l’imitation de Plume (Grosse Pépine) et le démantèlement d’une structure sous la voix d’un René Simard craintif.

Les chroniqueurs sportifs et l’équipe de la Sainte-Flanelle ont servi de numéro qui a vraiment propulsé le spectacle. On a senti pour quelques instants qu’on assistait véritablement à un après-match du Canadien avec Jacques Martin, Michel Bergeron, Mario Tremblay et … Ron Fournier ! Tour du chapeau.

Un hommage à travers les années de la carrière musicale de Michael Jackson, l’imitation de Mick Jagger à quelques reprises incluant son déhanchement et une démonstration au grand écran de Twitter ont ravis la foule dans une salle comble. Il faut préciser qu’un spectacle strictement basé sur des imitations n’est pas à la portée de tous.

Quelques personnages refont surface à travers les ans, comme le regretté Paul Berval (la voix québécoise de Fred Caillou), mais aussi des  nouvelles comme le maire de Québec, Regis Labaume.

En deuxième partie, Bob Gratton nous a présenté l’histoire du Rock’n’roll pendant une bonne demi-heure. Un tour d’horizon qui nous a paru long mais qui se démarque vers la fin.

Un spectateur a eu la chance de se faire imiter par le principal concerné et le gigantesque A-Pod avec la lecture aléatoire a démontré son efficacité pour l’ajustement de ses cordes vocales de chanteur à chanteur avec différents styles musicaux et d’époque. Ça lui a pris beaucoup de gorgées d’eau avec ce travail acharné !

Certes, André-Philippe a réussi haut la main à nous en mettre plein les oreilles sans apporter une évolution notable à ses spectacles. Toutefois, on doit admettre qu’il est difficile de réinventer ce genre de spectacle.

Soirée sensas, de haut niveau, si vous aimez le genre.

Vos commentaires