Weezer

Critique concert: Weezer au Bluesfest d’Ottawa

La Revanche des nerds!

Dimanche 18 juillet 2010 – Plaines Lebreton (Ottawa) – Bluesfest d’Ottawa

Si l’on peut tirer une conclusion de la prestation de Weezer au Bluesfest d’Ottawa, c’est probablement que Rivers Cuomo et ses potes peuvent très bien s’adresser à la fois à une horde de fans nostalgiques des années 1990, à de plus jeunes intéressés qui découvrent le groupe avec leurs récents albums et à une panoplie d’adeptes de Rock Band.

Weezer parvient à créer le parfait concert-party réunissant tout ce beau monde bien disparate grâce à son énergie débordante, son hardiesse et sa pléiade de tubes familiers.


Rock star en débardeur

Le groupe américain n’a pas perdu de temps pour imposer son rythme en interprétant le hit Hash Pipe dès le départ.

Ses musiciens déjà bien installés sur scène, Rivers Cuomo a fait son entrée en « anti rock star », avec son débardeur, ses lunettes à grosses montures noires, ses pantalons de travail trop grands et sa posture de « téteux ».

Évidemment, le « nerd » aura sa revanche en se transformant progressivement en une indomptable bête de scène qui fait de la scène son territoire. Cuomo envahit même les alentours, faisant son chemin jusqu’à la console de son pour s’adresser au public derrière la tour d’éclairage, rendant même une petite visite au personnel technique en bordure de la scène.


Du vieux comme du neuf

Les titres s’enchaînent et il devient clair que tout le monde en aura pour son argent. Weezer pige autant dans ses classiques de l’album bleu (Undone – The Sweater Song, Surf Wax AmericaSay It Ain’t So, My Name is Jonas) que dans ses extraits plus récents (Troublemaker, Dope Nose, Beverly Hills).

Peu de temps morts, si ce n’est de I Can’t Stop Partying qui, paradoxalement, ne lève pas plus sur scène que sur disque.

Mais en deux temps trois mouvements, Rivers Cuomo regagne le public en interprétant Island in the Sun seul à la guitare, avant que le groupe ne le rejoigne pour une chute des plus dynamiques, avant de poursuivre avec El Scorcho.


Po-po-po-poker Face!

Au rappel, la troupe emprunte un petit bout de Catscratch Fever de Ted Nugent avant d’interpréter Pork and Beans, de l’album rouge.

Deux des membres se mettent ensuite au synthétiseur pour entonner un air familier, mais qui n’est pas de Weezer. Il s’agit du tube de MGMT, Kids, qui se transforme bizarrement en Poker Face, alors que le chanteur porte soudainement une perruque blonde platine à la Lady Gaga.

Ce moment d’hilarité de bon aloi fait place à un deuxième rappel avec beaucoup plus de mordant: (If You’re Wondering If I Want You To) I Want You To et la chanson qui avait tout démarré pour Weezer en 1995, Buddy Holly.

Il n’y a pas de doute à présent: le festival Osheaga se terminera sur un grand party fédérateur au Parc Jean-Drapeau, le 1er août prochain, tout comme ce fut le cas  pour le Bluesfest d’Ottawa hier!


Grille de chansons

  1. Hash Pipe
  2. Troublemaker
  3. Undone (the Sweater Song)
  4. Surf Wax America
  5. Trippin’ Down the Freeway (avec un refrain emprunté de Keep Fishin’)
  6. Perfect Situation
  7. Dope Nose
  8. Say It Ain’t So
  9. I Can’t Stop Partyin’
  10. Island in the Sun
  11. El Scorcho
  12. My Name Is Jonas
  13. Beverly Hills

Rappel 1

  1. Pork and Beans
  2. Medley: Kids (Reprise de MGMT) et Poker Face (Reprise de Lady Gaga)

Rappel 2

  1. (If you’re Wondering If I Want You To) I Want You To
  2. Buddy Holly

* Weezer sera en concert à Montréal le dimanche 1er août 2010 dans le cadre du festival Osheaga, au Parc Jean-Drapeau.

Vos commentaires