Un Tramway nommé Désir

Un Tramway nommé Désir

Durée : 2 h 40, incluant un entracte

 

Texte : Tennessee Williams
Traduction : Paul Lefebvre
Dramaturgie et mise en scène : Serge Denoncourt

Avec Céline Bonnier + Dany Boudreault + Magalie Lépine-Blondeau +
Jean-Moïse Martin + Éric Robidoux

 

 

Assistance à la mise en scène : Suzanne Crocker
Décor et accessoires : Julie Measroch
Lumière : Martin Labrecque
Costumes : Pierre-Guy Lapointe
Musique : Nicolas Basque
Vidéo : Silent Partners, représentée par Gabriel Coutu-Dumont
Maquillages : Amélie Bruneau-Longpré
Régie : Guillaume Cyr

Une production d’ESPACE GO

 

Fragilisée par la récente perte du domaine familial, Blanche DuBois débarque chez sa sœur Stella. Elle découvre alors avec stupeur la misère dans laquelle celle-ci s’enlise auprès de son mari, Stanley Kowalski, un bel ouvrier d’origine polonaise au caractère bouillant.

Ce qui ne devait être qu’une halte de quelques jours se transforme en un long séjour qui n’en finit plus. L’intrusion de Blanche dans l’intimité du jeune couple crée une tension de plus en plus difficile à contenir. Déchirée entre son idéal de pureté et son incessant désir de plaire, Blanche dérange.Convaincu que le passé de sa belle-soeur n’est pas aussi glorieux qu’elle le prétend, Stanley est déterminé à percer ses secrets.

Après l’admirable CHRISTINE, LA REINE-GARÇON en 2012, le metteur en scène Serge Denoncourt et la comédienne Céline Bonnier ont scellé un pacte : travailler à nouveau ensemble sur le thème du désir. Pour fouiller les effets de cette pulsion violente qui agit sur l’âme et la chair, Serge Denoncourt lui propose d’entrée de jeu une réflexion sur le personnage de Blanche DuBois. Aussi, il choisit d’explorer les rapports charnels entre les personnages principaux de la célèbre pièce UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR de Tennessee Williams, avec un regard dépouillé de la censure de l’époque. Denoncourt souhaite donner aux spectateurs l’occasion de découvrir les multiples motivations des personnages. Ce faisant, il en révélera les secrets intimes et la moiteur.

On a souvent dit que Blanche DuBois était l’alter ego de Tennessee Williams, en raison du comportement secret et libertin de cet auteur né en 1911 dans le Mississippi. En 1944, Williams remporte un énorme succès à Broadway avec sa pièce LA MÉNAGERIE DE VERRE où s’affirment déjà ses sujets de prédilection : la société et ses dérives, le désir, le mensonge, la solitude. En 1947, il triomphe à nouveau avec UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR qui lui vaut le Prix Pulitzer. Il développe alors de manière plus approfondie le thème de la sexualité et des refoulements dans plusieurs pièces comme LA ROSE TATOUÉE (1951), LA CHATTE SUR UN TOIT BRÛLANT (1955), SOUDAIN L’ÉTÉ DERNIER (1958), LA NUIT DE L’IGUANE (1961).

Apprécié pour la finesse de sa lecture des enjeux dramaturgiques et pour la sensibilité de sa direction d’acteurs, Serge Denoncourt sait bousculer avec intelligence les grands classiques et donner vie aux écritures contemporaines. Parmi ses nombreux succès, retenons les récents CYRANO DE BERGERAC, LES LIAISONS DANGEREUSES, LE PRÉNOM, PROJET ANDROMAQUE, ARTURO BRACHETTI et GRUBB.

Articles associés

PSST!
Psst ! Sois le premier averti lorsque passe par ici !   
X