Snails

Snails au MTELUS | Retour au bercail réussi!

Le DJ montréalais Snails est revenu dans sa ville natale pour présenter son spectacle The Shell 2.0 vendredi soir au MTELUS. Il a su surprendre toute la foule avec ses effets visuels exceptionnels et de la basse ressentie partout dans le corps.

Pendant que les techniciens de la scène préparaient les écrans supplémentaires pour le set de Snails, on pouvait entendre la foule chanter la chanson “Olé” pour accueillir l’artiste de dubstep québécois. Dès qu’il a démarré le son, on pouvait tout de suite percevoir une grande augmentation de volume comparé aux DJ qui se sont présentés avant lui.

La première chanson qu’il a jouée, King Is Back (Mastadon Remix), a fait trembler la foule avec un niveau de bass extrêmement fort. De plus, les spectateurs ont eu leur premier aperçu des nouveaux effets visuels créés spécialement pour la tournée de Snails. La scène comportait des écrans devant lui et derrière lui pouvant simuler un effet d’hologramme 3D. On a pu voir des escargots extraterrestres se battre contre des soldats avec des fusils laser tout en bougeant au rythme des chansons de haute intensité. Les jeux de lumières étaient définitivement à un plus haut standard que celles du spectacle original The Shell l’année passé.

Snails a montrer ses habiletés de DJ en faisant des transitions constantes entre plusieurs chansons très rapidement. Un moment près du début qui m’a particulièrement marqué, c’est lorsqu’il a fait la transition de Throw it Up par Wooli à 1 on 1 de Excision et ensuite enchaîné avec Rapture par Kompany. Ce sont trois chansons présentement de tendance dans le monde du dubstep et Snails a réussi à les intégrer parfaitement à son show.

Tout au long de son set, Snails a joué ses chansons les plus connues pour toujours garder la foule à un maximum d’intensité. Certains exemples sont Cannonball, Shake The Ground, Break It Down et Only Want U. Un des moments où les visuels complémentent la musique parfaitement, c’est lorsque Snails a joué sa nouvelle collaboration avec Wooli: Snailephant. Lorsque la chanson a joué, on pouvait voir un éléphant extraterrestre courir en jetant sa trompe de gauche à droite sur les écrans.

Un autre moment que le public a apprécié c’est lorsque la mascotte de Snails, Gary l’escargot géant, a fait son apparition. Plutôt que d’être une autre animation sur les panneaux LED, Gary est apparu sous la forme d’un escargot gonflable géant qui se levait par-dessus la foule à partir du devant de la scène. Finalement, le DJ a fini son spectacle en jouant Magnets, une autre collaboration avec d’autres artistes canadiens connus sous le nom de Zeds Dead.

Pour ce qui est des artistes qui précédaient le Montréalais, j’ai été déçu par le volume de la musique pendant leurs performances. Malgré des bons choix de chansons et des bonnes transitions, c’est plus difficile de les apprécier lorsqu’on trouve que le son n’est pas assez fort. L’augmentation drastique du son pour l’acte principal a été bien reçu par l’ensemble des spectateurs. En somme, Snails a joué un set débordant d’intensité et il n’a certainement pas déçu sa grande base de fans localisée à Montréal.

Événements à venir

Vos commentaires