Just for Laughs 2016 | Le charme Brit(ish) opère au Club Soda

Au menu du groupe d’humoristes du spectacle Brit(ish) de ce mardi 26 juillet : politique, culture le tout arrosé d’humour grinçant à l’occasion de Just for Laughs.

C’est devant un public principalement canadien anglophone que s’est déroulée la soirée du Just for Laughs consacrée aux humoristes européens.

Mark Watson, l’hôte de la soirée, semblera un peu sur ses gardes pour commencer. C’est que, l’humour anglais n’est pas apprécié par tous. Il mentionnera avoir déjà fait face à des publics qu’il avait peine à dérider. Ce ne sera pas le cas en ce mardi soir à Montréal, et il le soulignera. Le public aura conquis Mark par son soutien et son optimisme.

 

Humour politique au menu

Parmi les 7 humoristes présents sur scène, on dénotera une forte propension à choisir des sujets politiques. Après le référendum britannique du mois de juin 2016, le Brexit était évidemment LE sujet attendu de la soirée. Au-delà de l’éléphant dans la pièce, tous les humoristes aborderont aussi une foule d’autres sujets sensibles tels que l’avortement, la religion, le mariage gai, les inégalités homme-femme, etc. Pour plus de légèreté, on rira aussi beaucoup de l’enthousiasme anglais à consommer de grandes quantités d’alcool en un temps limité. Un sujet exploité par plusieurs des humoristes ce soir.

Contrairement à leurs collègues nord-américains, les humoristes européens positionneront leurs convictions politiques de but en blanc, sans fioritures, et ce, parfois à la limite de l’acceptable pour certains spectateurs. On adore.

La première partie de spectacle sera masculine avec Nish Kumar, Daniel Sloss et Russel Kane. Les trois humoristes se succèderont dans des styles très contrastés.

Nish Kumar jouait gros avec cette première apparition sur la scène canadienne. Il utilisera cette situation comme tremplin. Pari réussi pour Nish, qui amorce bien la soirée. Lui succèdera Daniel Sloss, Écossais de 25 ans. Dans un style direct et décapant, il relatera notamment comment certaines de ses blagues sont mal perçues par le public américain. Et pour cause, il est des sujets dont on rit plus difficilement aux États-Unis, Dieu en fait partie. Daniel ne se fera pas prier. C’est crûment qu’il partagera sa vision des choses avec le public montréalais, qui adore.

Russel Kane est un humoriste au langage corporel hilarant. Dans un 10-15 minutes qu’on aurait très bien pu placer au Ethnic Show, il insistera sur le fossé gigantesque qui pourra séparer la culture nord-américaine de la culture anglaise. L’une distillant les plaisir, l’autre vivant dans le tout-ou-rien.

En seconde partie de soirée, deux femmes, Tiff Stevenson et Gina Yashere, entreront en scène. Tiff Stevenson sera la première. Même si elle n’est pas notre préférée de la soirée, il est agréable d’avoir une femme sur scène pour aborder des sujets tels que l’avortement ou la sexualité féminine dans la trentaine.

Gina quant à elle, est une habituée du Just for Laughs. Elle clôturera la soirée en beauté. Son énergie et sa blague d’introduction fétiche « I’m not a fan of the penis » sont efficaces et font rire la salle au complet.

Entre ces deux artistes chevronnées, arrive Ahir Shah. Il est l’invité surprise de la soirée. Il commencera sa section de spectacle en mentionnant le fait que même le correcteur orthographique modifie son nom en « Shit ». C’est simple, c’est efficace. Mêlant ses origines gujarati et son éducation en anglaise, il était excellent ce mardi soir et méritait sa place à l’affiche! Il fit partie intégrante de la soirée.

Soirée réussie pour nos humoristes britanniques. Il est encore possible de voir les comédiens anglais lors d’autres soirées à thème du Just for Laughs et ce, jusqu’au 30 juillet 2016.

Vos commentaires