Pierre Lapointe

Francofolies 2014 – Jour 7 | Pierre Lapointe et Peter Peter

Mercredi soir, c’est à Pierre Lapointe que revenait la tâche d’animer la Place des Festivals, où il présentait son coloré spectacle Punkt. Plus tôt en soirée, on retrouvait le romantique poète Peter Peter

Le grand cirque de Pierre Lapointe 

Sur la Place des Festivals à 21h, on avait rendez-vous avec l’humble (!) Pierre Lapointe, qui présentait un spectacle similaire à celui qu’il offre en salle durant sa tournée Punkt.

Déjà, à l’arrivée sur le site, on sentait que l’ambiance allait être à la fête: plusieurs festivaliers avait en main un petit singe gonflé, comme celui que l’on voit dans le visuel du plus récent album de l’artiste.

C’est d’ailleurs singe à la main que Lapointe s’est amené sur scène, vêtu d’une superbe (!) tunique « Super Nylon » orangée, interprétant Des maux sur tout. 

Moins incisif qu’à son habitude, mais toujours aussi drôle, Lapointe a confirmé son talent d’humoriste et d’animateur de foule, en réussissant à faire rire la foule à maintes reprises avec des vannes grivoises ou un hilarant cynisme.

Conservant essentiellement la même grille de chansons que le spectacle présenté en février à Montréal en Lumière, il s’est tout de même permis quelques écarts pour replonger dans ses premiers opus avec Les vertiges d’en haut et Qu’en est-il de la chance. 

Le grand cirque coloré a culminé sans surprise sur La sexualité et Au bar des suicidés alors que des gros ballons lumineux ont survolé la foule. C’est déjà vu, mais ça fait toujours son effet…

Pierre Lapointe a ensuite invité sur scène Mathieu Chedid, alias -M-, pour interpréter une pièce de ce dernier, Nostalgic du cool. Le fabuleux guitariste est aussi resté pour l’énergique Deux par deux rassemblés pour bien clôre le spectacle.

Pierre Lapointe est ensuite revenu avec ses musiciens pour le rappel, en formule intime, autour d’un micro (un peu comme son traditionnel Gang Bang tendresse), pour jouer une nouvelle chanson inédite, qu’il fera également lors de son spectacle spécial au Musée Grévin vendredi soir. Il a conclu en toute simplicité, seul au piano, avec la jolie Pointant le nord. 

Une soirée festive à souhait, pop, colorée, et magistralement animée par un Pierre Lapointe toujours bien en confiance. On ne s’en tannera probablement jamais.

 

Peter Peter

Plus tôt en soirée, on retrouvait Peter Peter, qui semblait plutôt en forme, bien en voix pour présenter surtout des pièces de son dernier album, Une version améliorée de la tristesse. Plus posé qu’à ses débuts, Peter Peter se perd moins dans des gros jams sur scène et ne perd plus autant la tête qu’avant, mais il demeure tout aussi intense dans ses interprétations.

Mercredi soir, il s’amusait à dédier pratiquement chacune de ses chansons à des filles, qui on suppose, lui ont brisé le coeur par le passé. N’empêche cela nourrit habilement sa riche plume et produit de super textes poétiques.

La perfo s’est conclue sur une bonne note de saxophone, la signature de son dernier album, avec Les chemins étoilés.

 

Grille de chansons – Pierre Lapointe

– Des maux sur tout
– Le columbarium
– Nu devant moi
– Barbara
– Les vertiges d’en haut
– Nos joies répétitives
– Tel un seul homme
– L’étrange route des amoureux
– Plus vite que ton corps
– Qu’en est-il de la chance
– Le lion imberbe
– Les remords ont faim
– La sexualité
– Au bar des suicidés
– Nostalgic du cool (avec Mathieu Chedid)
– Deux par deux rassemblés (avec Mathieu Chedid)
– Nouvelle chanson
– Pointant le nord

Grille de chansons – Peter Peter

– Une version améliorée de la tristesse
– Tout prend son sens dans le miroir
– Beauté baroque
– Tergiverse
– Réfractaire
– Réverbère
– Le monde n’y peut rien
– MDMA
– Carrousel
– Les chemins étoilés

* Publicité

Vos commentaires