Fauve

FrancoFolies – Jour 6 | Oothèque, Fauve, Ponctuation et Cardinal

La beauté avec les FrancoFolies de Montréal, c’est que chaque soirée met à notre disposition une panoplie d’itinéraires intéressants, d’un spectacle extérieur gratuit à un autre. Parfois, on tombe sur la combinaison gagnante : des valeurs sûres et des découvertes qui ne déçoivent pas. Mardi était l’un de ces soirs…

Photo par Pierre Bourgault.

Oothèque. Photo par Pierre Bourgault.

Notre soirée a débuté à la Scène Ford, celle beaucoup trop haute au bas de l’Esplanade de la Place des Arts. Oothèque, nouveau projet du Malajube Francis Mineau, s’y produisait ; l’un des premiers concerts du groupe récemment constitué.

Mais avec Mineau et ses potes Thomas Augustin et Renaud Bastien sur scène – donc 3/5 du groupe ayant trempé à un moment ou un autre dans la marmite Malajubienne – il y avait de l’expérience réunie et ça paraissait.

Depuis les premières rumeurs au sujet d’Oothèque, la question principale demeurait : est-ce que Francis Mineau peut assumer le rôle de frontman. Bien qu’on ne puisse encore apercevoir qu’un soupçon du potentiel à ce niveau, la réponse semble être oui. Son chant, un peu camouflé (encore une fois à la Malajube), ne manque pas d’assurance et son non-verbal non plus.

Son humour est particulier – il a notamment confus plus d’un spectateur en annonçant « une reprise. En français. Des Soeurs Boulay » avant d’entonner Suffer the Children de Tears For Fears – mais ça lui servira sans doute à surmonter sa timidité, beaucoup moins importante qu’on ne s’attendait, d’ailleurs.

Photo par Pierre Bourgault.

Cardinal. Photo par Pierre Bourgault.

Le rock d’Oothèque serait sans doute mieux servi dans une petite salle, mais la première rencontre avec cette nouvelle bête scénique n’a pas déplu.

La soirée s’est poursuivie avec le groupe Cardinal à la Scène Sirius. Son rock indé subtile et raffiné prend du galon et se démarque lentement mais surement du son Karkasien.

Les anciens Maken Kozapo ne craignent pas d’aborder la pop lorsqu’il le faut, mais le fait avec une certaine retenue et un esprit aventurier en matière d’arrangements. La bande est d’ailleurs très solide, soudée.

 

Le phénomène Fauve

Pendant que Kevin Parent chantait « rouille, rouille, petite Terre / y’a trop de sel dans la mer » sur la Place des Festivals, le vrai happening avait lieu à la scène Loto-Québec, où une foule anormalement touffue avait recouvert l’espace tourbé en attendant un groupe de l’Hexagone qui n’a même pas encore un album complet à son actif.

Photo par Pierre Bourgault.

Fauve. Photo par Pierre Bourgault.

Beaucoup de Français, mais aussi pas mal de Québécois pour vivre une première expérience Fauve. L’énigmatique quintette post-rock n’a pas déçu.

Post-rock donc. Post-rock comme Godspeed toujours en début de crescendo. Ou post-rock comme un Wu Lyf français sur rythmes machinaux. Peu importe, la bande de jeune Français a du goût en matière d’arrangements et un esprit fraternel se dégage de leur approche.

Mais la touche qui fait tout basculer, c’est ce slammeur (on vous évite le nom, étant donné que le collectif se refuse à les mentionner par soucis de confidentialité – lisez notre article demain afin d’en savoir plus à ce sujet, d’ailleurs).

Si Nietzsche prétendait qu’il fallait marcher pour penser, le blondinet de Fauve le met en application sur scène, traversant nerveusement l’espace de gauche à droite, puis de droite à gauche, comme si l’angoisse le rongeait à ne plus pouvoir rester sur place. Un contraste perturbant avec les musiciens, décontractés, et les images projetées en arrière-plan, qui rappellent (encore une fois, en moins élaboré) le travail du projectionniste de Godspeed.

Puis les paroles déboulent, supportées par un débit hors du commun ; les textes coulent à 5 mots la seconde, et on comprend tout, chaque syllabe, chaque mot, chaque phrase imagée, viscérale, dure.  La foule est d’ailleurs sous le choc, muette, au point où le groupe semblait se demander si elle ne s’emmerdait pas.

Subjugation totale devant une telle expression musicale des 1000 angoisses de la jeunesse française : Cock Music Smart Music, Haut Les Coeurs et4000 îles. L’amour et son aspect farouche sont abordés sur Rub a Dub et Nuits Fauves traite du vice et de la recherche d’une certaine chaleur dans la génération porno.

Le meilleur pour la fin : Blizzard, intense chanson-phare, et Kané, poignante chanson au sujet du paternel (on le suppose), un truc amour-haine bouleversant.

La foule exigeait un rappel qui n’est jamais venu : le quintette ayant probablement joué tout ce qu’il avait de matériel.

Photo par Pierre Bourgault.

Ponctuation. Photo par Pierre Bourgault.

À revoir ce soir (mercredi), en première partie de Benjamin Biolay, au Métropolis.

Il faisait ensuite bon retrouver les frères Chiasson qui concluaient la soirée avec la bonne Ponctuation : un point d’exclamation.

Hier encore, on croyait Ponctuation fait sur mesure pour jouer dans les petits bars, mais force est de constater qu’ils n’ont plus de complexe à avoir à jouer dans des lieux plus amples.

Bon, on préférerait encore une salle, à tout le moins, mais l’assurance et la dégaine du duo binaire leur permet désormais de connaître un certain succès dans des contextes presque grand public.

Y’a de l’espoir. Le rock’n’roll n’est peut-être pas si mort finalement.

Toute une soirée.

Photos en vrac
par Pierre Bourgault

Oothèque

ootheque-francofolies-montreal-2013-10 ootheque-francofolies-montreal-2013-9 ootheque-francofolies-montreal-2013-8 ootheque-francofolies-montreal-2013-7 ootheque-francofolies-montreal-2013-6
ootheque-francofolies-montreal-2013-5 ootheque-francofolies-montreal-2013-4 ootheque-francofolies-montreal-2013-3 ootheque-francofolies-montreal-2013-2 ootheque-francofolies-montreal-2013-1

Cardinal

cardinal-francofolies-montreal-2013-9 cardinal-francofolies-montreal-2013-8 cardinal-francofolies-montreal-2013-7 cardinal-francofolies-montreal-2013-6 cardinal-francofolies-montreal-2013-5
cardinal-francofolies-montreal-2013-4 cardinal-francofolies-montreal-2013-3 cardinal-francofolies-montreal-2013-2 cardinal-francofolies-montreal-2013-1

Fauve

fauve-francofolies-montreal-2013-7 fauve-francofolies-montreal-2013-6 fauve-francofolies-montreal-2013-5 Photo par Pierre Bourgault.
fauve-francofolies-montreal-2013-3 fauve-francofolies-montreal-2013-2 fauve-francofolies-montreal-2013-1

Ponctuation

ponctuation-francofolies-montreal-2013-9 ponctuation-francofolies-montreal-2013-8 ponctuation-francofolies-montreal-2013-7 ponctuation-francofolies-montreal-2013-5
ponctuation-francofolies-montreal-2013-4 ponctuation-francofolies-montreal-2013-3 ponctuation-francofolies-montreal-2013-2 ponctuation-francofolies-montreal-2013-1

Vos commentaires