Timber Timbre

FME 2012 – Jour 1: Timber Timbre et Half Moon Run à l’Agora des Arts

Jeudi 30 août 2012 – Agora des Arts (Rouyn-Noranda, Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue)

Le 10e Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue était lancé jeudi soir. Pendant que Lisa LeBlanc et Radio Radio semaient la fête sur la scène extérieure, l’Agora des arts était aussi plein à craquer pour la présence de Half Moon Run et Timber Timbre.

Pour sa deuxième visite à Rouyn (et première au festival), le trio Half Moon Run a fait ce qu’il fait de mieux depuis un an: séduire le public avec son indie rock intense, truffé de mélodies irrésistibles et de montées en intensité redoutables.

Les nombreux concerts donnés en 2012 portent fruit: d’un show à l’autre,  Half Moon Run ressert son spectacle, gagne en cohésion et en assurance. Du petit band prometteur que l’on découvrait en vitrine l’an dernier à M pour Montréal, Half Moon Run est rapidement devenu un incontournable, avec un seul album à son actif.

D’ailleurs, les trois complices (un quatrième s’ajoutait parfois à la troupe pour ajouter du tonus aux percussions) ont offert une toute nouvelle chanson, apparemment écrite il y a 3 jours, selon le batteur Dylan Phillips.  Pour le reste, les incontournables Call Me In The Afternoon, Drug You, Need It (à fleur de peau) et bien sur Full Circle ont toutes été interprétées avec brio.

La voix de Devon Portielje frappe dans le mille, comme un jeune Thom Yorke en pleine possession de ses moyens, qui parvient de mieux en mieux à s’abandonner aux mélodies enivrantes du groupe.

Très belle prestation encore une fois pour Half Moon Run. Le public entassé sur le parterre de l’ancienne église munie de chaises s’est levé dans un élan spontané à la fin de Give Up pour acclamer le groupe à tout rompre. Sur le parvis, ça roucoulait de bons mots pour la jeune formation, qui ajoute des adeptes à chaque occasion.

 

Timber Timbre

La prestation de Timber Timbre, elle, n’était pas pour tous les goûts… mais les adeptes de l’ambiance particulière que sème le groupe sur scène ont eu droit à un spectacle d’une rare justesse.

Fidèle à son habitude, le grand leader Taylor Kirk a demandé à ce qu’on diminue l’intensité des lumières jusqu’à ce que l’Agora des arts soit plongé dans une relative obscurité.

Bien intentionné, il entretenait parfois la conversation avec la foule en murmurant un charabia incompréhensible qui tombait à plat…

Mais quand les chansons se déployaient, la magie opérait. La voix de Kirk, toujours filtrée par un « slapback », se dépose telle une narration de film d’horreur sur la musique funambulesque qui marche adroitement sur la ligne de l’étrangeté.

Armé d’une guitare à deux manches teintée d’une réverbération savamment calibrée, Kirk dessine les traits de base des compositions, enrichies de 5 musiciens, dont le maître du lapsteel, de l’autoharpe et des effets de guitare électrique Simon Trottier, ainsi qu’une violoniste et un contrebassiste.

Les notes de synthé soutiennent de petits accents doo wop qui ajoutent au lugubre de l’affaire.

Bad Ritual et l’excellente Lay Down In The Tall Glass mènent tout droit vers des finales allongées, dans de longs crescendos qui atteignent une intensité à en frémir. Sans compter la dernière pièce, Woman, dont l’intensité sur disque est quintuplée…

Toute une première soirée. Ça se poursuit ce soir avec Feist, Louis-Jean Cormier, Plants & Animals, Kandle, Peter Peter et plusieurs autres. Consultez la programmation par ici.

Grilles de chansons

Half Moon Run

21 Gun Salute
Call Me In The Afternoon
Nerve
Judgment
Drug You
Need It
Full Circle
(nouvelle chanson non-identifiée)
She Wants To Know
Give Up

 

Timber Timbre

Bad Ritual
Creep On Creeping On
Too Old To Die Young
Until The Night Is Over
Lonesome Hunter
Lay Down In The Tall Grass
Do I Have Power
Black Water
Woman

Rappel:
Trouble Comes Knocking

Vos commentaires