Duu

Entrevue avec Duu | La musique et la nature fusionnées en un album

Duu, projet solo crée par le musicien Étienne Dupré, a sorti un premier album, Arboretum, le 21 octobre dernier, avec un lancement prévu au Ausgang Plaza seulement en janvier (le 21 pour être précis). Sors-tu? s’est entretenu avec l’auteur-compositeur-interprète et multi-instrumentaliste, qui raconte les nombreuses péripéties derrière la composition de l’œuvre.

 

« Ça fait vraiment du bien », s’est confié avec soulagement Duu à propos du lancement de son premier album. Ce dernier a travaillé sur ce projet pendant près de trois ans : l’enthousiasme était alors au rendez-vous lors de sa sortie officielle. Bien qu’il s’agisse de son premier album, l’artiste avait sorti un EP en 2018, Contre-cycles, ainsi que le single Rose Boléro.

Ce premier grand projet est non seulement composé d’un album, mais aussi d’un livre et d’une exposition. Les mises en image sont préparées par le photographe Marc-André Dupaul et de l’artiste visuelle Maude Arès.

La nature comme inspiration principale

« L’arboretum, c’est en fait un jardin d’arbres [diversifié], mais fait par l’homme », explique l’artiste. Ce thème a été choisi pour deux raisons particulières : « je le vois d’abord comme une balade en forêt, mais aussi pour le caractère différent de chaque chanson », raconte Duu. En écoutant l’album, on remarque effectivement une variété de styles, soit principalement le folk, le post-punk et l’ambiant. Certaines mélodies présentent un rythme plus doux, comme Bouillon et Arboretum — la pièce-titre —, alors que d’autres ont une mélodie beaucoup plus rythmée, comme Chambre Close et Plomb.

Duu aime aussi faire quelques parallèles entre la flore, les émotions et la santé mentale.

[La chanson] Arboretum fait référence à l’humain en dépression, mais qui se personnifie avec un arbre qui est malade.

Selon lui, cet humain se reconnait ainsi en cette entité. Chanson-titre qui est aussi la première qui figure dans l’album, Arboretum ouvre la porte aux autres pistes, où l’artiste décrit comme étant un parcours à traverser. La souffrance, l’empathie, la résilience et l’écoanxiété sont quelques thèmes qu’on retrouve dans les 10 chansons de l’album.

Apprendre à se prioriser

Étienne Dupré est une personne assez occupée et multi-tâche, ce qui explique notamment l’attente de trois ans avant la publication de son premier album. Il participe à l’écriture et à la réalisation d’autres albums, en plus d’accompagner certain.es artistes dans des spectacles, comme Klô Pelgag, zouz et Lysandre.

* Sur scène avec Klô Pelgag au FEQ 2021. Photo par Normand Trudel.

L’artiste ayant tendance à vouloir aider ses collègues, il est moins évident pour lui de se concentrer sur ses projets personnels. « J’éprouve beaucoup de la difficulté à me choisir », avoue-t-il.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la pandémie a joué un rôle positif dans le développement de son album. Tout a été annulé : studio, concerts et rencontres avec d’autres artistes. « J’avais donc enfin le temps de travailler pour mon jardin secret », raconte-t-il.

Et la suite?

Duu travaillera en collaboration avec Oui Merci, zouz et Nicolet pour leurs projets respectifs. Il compte aussi se rendre éventuellement dans une résidence de créations pour ses projets personnels.

Sa priorité restera toutefois de présenter le plus de spectacles possible, et c’est ce qu’il fera au cours des prochains mois, notamment à Montréal le 21 janvier prochain, au Ausgang Plaza. L’excitation sera donc à son comble… ainsi que la nervosité. Bien qu’il ne s’agisse pas de son premier concert, il admet ressentir un certain stress quant à cette petite tournée au Québec.

Il y a une énorme différence entre réaliser un spectacle pour soi et pour les autres, selon l’artiste. Quand il fait un spectacle accompagné, il reste surtout en arrière-plan. « Je sers surtout d’ancrage en fait », explique-t-il. « J’en fais beaucoup, mais j’ai beaucoup de liberté à la fois. On peut se laisser aller un peu plus ».

* Avec zouz aux Francos 2022. Photo par Marie-Emmanuelle Laurin.

Toutefois, le stress de performance est bien plus élevé dans un spectacle pour son projet. « Je dois diriger le navire! », s’exclame-t-il. C’est un rôle beaucoup plus vertigineux pour lui. Il doit s’assurer d’imposer une présence sur scène et de parler au public.

Pour l’artiste, il est sûr et certain qu’un band l’accompagnera sur la scène. Selon lui, cela sera tout un défi, mais c’est ce qu’il souhaite le plus faire.

 

Événements à venir

Vos commentaires