Dear Criminals
Critique Publié le

Critique | Dear Criminals au National

Hier soir au National avait lieu le premier concert autoproduit du trio « d’électro-porn » montréalais Dear Criminals. Une première réussie pour le band, qui a su immiscer le public dans son univers trouble et tourmenté.

 

Arrivés sur scène sur le titre Lover’s Suicide, le groupe a rapidement instauré l’ambiance du concert. Trois panneaux réfléchissants sont à l’arrière de chacun des membres, les éclairages sont faibles et plongent les spectateurs dans un univers sombre et nébuleux.

Les voix de Frannie Holder et Charles Lavoie font leur effet dès l’entrée, toutes deux sensuelles au plus haut point. Il faut dire aussi que les harmonies garçon-fille comme celles proposées ici sont agréables et mélodieuses, comme sur Rose ou Plastic Flowers. D’ailleurs, ces deux voix font parfois penser à The XX.

Les deux musiciens prennent à certains moments possession d’une guitare, et accompagnent Vincent Legault, qui s’occupe des arrangements, et joue de la guitare électrique. Celui-ci a donné un bel aperçu de son talent tout au long du concert.

Dear Criminals a joué la plupart des titres de son premier album Crave, et a aussi proposé au public des reprises. En effet, le groupe a réalisé un EP intitulé Woman dans le cadre d’un projet sur la place de la femme, et a donc proposé, avec ironie, des titres comme Blurred Lines de Robin Thicke, Baby One More Time de Britney Spears ou Sweat de Inner Circles durant le concert. Et autant dire que le trio a fait un beau travail en dépouillant les morceaux et en donnant des versions aériennes où l’on se rend réellement compte du sens des paroles.

De beaux moments ont été offerts aux spectateurs avec Took It From Me ou encore avec Petite Mort, sur lequel le trio s’est réellement laissé aller.

De la douceur aussi sur Fuck The Stars où Charles Lavoie s’est emparé d’un ukulélé. Sur le refrain il a entonné un petit air en sifflant avec Vincent Legault. On sentait d’ailleurs que le public aurait voulu les accompagner. Il manquait peut-être au trio un peu de contact avec les spectateurs.

Toutefois, Dear Criminals a offert une belle prestation en emmenant l’auditoire dans son monde épuré et vaporeux.

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires