Nightwish
Critique Publié le

Critique concert: Nightwish à Montréal

Mercredi 19 septembre 2012 – CEPSUM (Montréal)

Il y avait tout un rendez-vous mercredi soir pour les fans montréalais de metal symphonique alors que le groupe finlando-suédois Nightwish faisait un arrêt au CEPSUM dans le cadre de sa tournée Imaginaerum.

Le groupe roule sa bosse depuis longtemps déjà, il n’a plus à nous prouver qu’il est capable de donner un bon spectacle. On en a eu encore une fois la preuve avec un spectacle solide du début à la fin, sans temps mort, durant toute l’heure et demie qu’il a joué.

Nightwish a commencé la soirée en grand avec Storytime, le premier simple de leur plus récent disque. La toujours populaire I Wish I Had An Angel a suivi, faisant vibrer une foule déjà conquise à l’avance.

La formation n’a pas négligé les pièces de son album Imaginaerum paru plus tôt cette année, au contraire, et ce, même si son catalogue est plutôt bien garni maintenant. La moitié des seize morceaux que Nightwish a joués sont tirés de cet opus conceptuel. Bon choix? Mauvais choix? Peu importe le choix pour lequel le groupe optait, les spectateurs allaient avoir droit à une prestation de qualité.

La chanteuse Anette Olzon était bien en voix pour le spectacle, comme elle en a fait la démonstration tout au long de la soirée et plus particulièrement durant les ballades comme Slow, Love, Slow ou encore pour une version acoustique d’un des derniers succès de l’ère Tarja avec la chanson Nemo. Un pari réussi pour offrir un vent de fraîcheur à une pièce populaire qu’ils jouent sans cesse depuis 2004.

Sur quelques morceaux, le groupe a invité Troy Donockley à venir jouer de son instrument, le uilleann pipes, une sorte de cornemuse. Cet élément a ajouté une grande richesse aux pièces comme I Want My Tears Back et Last Of The Wilds. Plutôt que d’entendre l’instrument sur une piste sonore, comme cela est souvent le cas lorsque aucun membre du groupe ne joue de celui-ci, on pouvait apprécier le son unique qu’il apporte à chacune de ses apparitions.

La formation, dans son élan, joue les seize pièces prévues sur le setlist, n’offrant pas au public le jeu du rappel. Les membres semblent avoir grandement apprécié leur passage à Montréal, un premier depuis 2008. Ils ont écrit sur leur page Facebook après le spectacle « Montreal never lets you down ». Ça non, le public montréalais était bien au rendez-vous pour apprécier la venue du groupe, et il n’a pas été déçu!


Kamelot en première partie

La formation Kamelot était mandatée pour la première partie du concert. Un excellent coup de la part de Nightwish, leurs deux sons s’harmonisant à merveille pour proposer une continuité logique entre la première partie et le spectacle principal.

Le groupe, déjà connu du public adepte de metal, a offert à son tour une prestation énergique. Ils ont joué certaines chansons plus connues, comme March Of Mephisto et Ghost Opera, au grand plaisir de la foule. Ils en ont également profité pour présenter le premier extrait du nouvel album intitulé Sacrimony. Ce nouveau disque de Kamelot, Silverthorn, paraîtra le 30 octobre en Amérique du Nord.

Grille de chansons

1. Storytime
2. Wish I Had An Angel
3. Amaranth
4. Scaretale
5. Dead To The World
6. Slow, Love, Slow
7. I Want My Tears Back
8. The Crow, The Owl And The Dove
9. The Islander
10. Nemo (acoustique)
11. Last Of The Wilds
12. Planet Hell
13. Ghost River
14. Over The Hills And Far Away
15. Song Of Myself
16. Last Ride Of The Day

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires