Antony and the Johnsons

Critique CD: Antony and the Johnsons – Swanlights


Antony and the Johnsons
Swanlights

Moins de deux ans après l’excellent The Crying Light, Antony and the Johnsons rappliquent avec un album encore plus délicat, onirique et déroutant. Un disque à l’image de la dualité grisaille/luminosité de l’automne.

Foisonnant tout en étant relativement éthéré, cet album fait preuve d’une maitrise et d’un équilibre presque parfait entre la voix élancée et chevrotante d’Antony Hegarty, les élans épiques et la sensibilité à fleur de peau des musiciens.

Un orchestre de chambre s’insère ici et là pour donner du coffre aux envolées de certaines pièces comme la sublime introduction Everything Is New et l’exaltante Salt Silver Oxygen, et embellir avec plus de subtilité la jolie balade The Spirit Was Gone.

Ce qui diffère toutefois des précédents album, c’est la retenue de Hegarty sur certains titres, et l’aspect dépouillé de certaines musiques (The Great White Ocean, Christina’s Farm), ce qui empêche l’ensemble de l’album de tomber dans la grandiloquence.

C’est également le cas de Thank You For You Love , seul titre vraiment « pop » du lot, qui compte sur une mélodie et une grâce immédiatement appréciables, contrairement aux autres titres plus farouches (particulièrement l’insaisissable duo islandais avec Bjork, Flétta). Une ingénieuse porte d’entrée qui incite à la deuxième écoute nécessaire pour apprécier l’album.




Poésie sibylline

Portées par une voix oscillant comme le vent, les paroles inspirent des images plus qu’elles ne véhiculent des messages ou même des sentiments précis.

Hegarty évoque tour à tour le renouveau, le naturisme, l’amour (bien sur) et le deuil – tout en pigeant dans un champ lexical biblique – avec une poésie séduisante mais difficile à cerner.

Les mots deviennent musique et s’insèrent dans les douces mélodies comme s’il s’agissait d’un instrument comme les autres.

Tous les éléments sont en place pour permettre à Antony and the Johnsons d’atteindre la grandeur que vise Hegarty depuis toujours, et ils y parviennent.

D’une beauté saisissante…

Moments forts:
Christina’s Farm, Salt Silver Oxygen, Swanlights, Thank You For Your Love

Moments moins forts:
Rien à signaler.

Événements à venir

  • dimanche

    En direct du Harpa Reykjavík Concert Hall

  • dimanche

    ith strings from Iceland Symphony Orchestra, harpist Katie Buckley & conductor Bjarni Frímann Bjarnason

  • dimanche

    with Hamrahlið Choir & conductor Þorgerður Ingólfsdóttir

  • dimanche

    with Hamrahlið Choir & conductor Þorgerður Ingólfsdóttir

  • dimanche

    with brass from the Iceland Symphony Orchestra, flute septet Viibra, harpist Katie Buckley & pianist Jónas Sen

  • dimanche

    with brass from the Iceland Symphony Orchestra, flute septet Viibra, harpist Katie Buckley & pianist Jónas Sen

  • dimanche

    with brass from the Iceland Symphony Orchestra, flute septet Viibra, harpist Katie Buckley & pianist Jónas Sen

  • dimanche

    with brass from the Iceland Symphony Orchestra, flute septet Viibra, harpist Katie Buckley & pianist Jónas Sen

Vos commentaires