Willie Nelson
Critique Publié le

Critique album: Willie Nelson & Wynton Marsalis – Here We Go Again : Celebrating the genius of Ray Charles

Willie Nelson - Here We Go Again : Celebrating the genius of Ray Charles Willie Nelson Here We Go Again : Celebrating the genius of Ray Charles

Willie Nelson et Wynton Marsalis. Deux légendes, l’un dans le domaine du country, l’autre dans le jazz. Deux noms que l’on n’associerait pas d’emblée. Pourtant, suite au succès de leur première collaboration en 2007 (Two Men With the Blues), il a bien fallu se rendre à l’évidence : entre Nelson et Marsalis, ça clique!

Les voici donc de nouveau rassemblés sur un album enregistré en concert intitulé Here We Go Again : Celebrating The Genius Of Ray Charles. Accompagnés de Norah Jones au chant, les deux hommes rendent un hommage sobre et élégant au fameux pianiste aveugle qui fut une figure marquante autant du rock, du blues, du country, du jazz que de la musique soul.

 

Mariage parfait de deux univers distincts

Ceux qui ont entendu Two Men With The Blues ne seront pas dépaysés; on retrouve ici la même formule. Willie Nelson, âgé de 77 ans, et avec une carrière qui a débuté au milieu des années 50, semble aussi solide qu’un roc.

De sa voix nasillarde mais pleine d’assurance, il interprète la majorité des pièces sur ce disque. Son jeu de guitare est à la fois subtil et sensible, toujours dosé. Nelson est accompagné de son vieux copain de route Mickey Raphael à l’harmonica, et les échanges entre les deux hommes sont sentis et remplis d’émotions (comme, par exemple, sur la pièce Busted).

Wynton Marsalis, également une pointure dans son domaine, est quant à lui entouré de son quartet des dernières années : Dan Nimmer au piano, Walter Blanding au sax ténor, Carlos Henriquez à la basse et Ali Jackson à la batterie et percussions. Leur jeu solide et homogène rend très bien l’esprit des pièces originales.

Les chansons sont (évidemment) rallongées, laissant place à de nombreux solos, mais ceux-ci sont toujours dans la continuité de la pièce jouée. Les échanges entre les deux « entités » (Nelson et Raphael d’un côté, Marsalis et son quartet de l’autre) se fondent ensemble, créant un ensemble harmonieux, qui s’écoute avec grand plaisir.

L’apport de Norah Jones

La voix de Norah Jones se marie bien à l’ensemble. Étrange duo qu’elle forme parfois avec Nelson, mais ça fonctionne. Surtout sur les titres plus doux, plus tristes. La ballade country Cryin’ Time, par exemple, est particulièrement jolie. Come Rain or Come Shine est un autre beau moment où la voix chaleureuse de Jones s’harmonise parfaitement avec le jeu des musiciens.

La sélection des titres est plutôt conservatrice; on s’adresse ici de toute évidence au grand public. Aucun titre obscur, que des grands succès.

Ceci dit, ce disque n’est peut-être pas la meilleure façon de débuter l’exploration de l’œuvre du pianiste; bien que les interprétations soient justes et franchement très délectables, la voix et le jeu de Charles étaient uniques, et ne peuvent être reproduits, ni même par des vétérans comme Nelson et Marsalis.

Pour s’imprégner de l’âme de Ray Charles, il faut écouter Ray Charles.

Malgré tout, le disque s’apprécie pour ce qu’il est – un excellent hommage jazz à un interprète de renom, et ce par des musiciens de grand calibre.

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires